Le Livre des Morts Tibétain et Swedenborg

Ce forum est consacré à la question de la vie après la mort. Lire à ce sujet les pages dédiées à cette question sur le site : emmanelswedenborg.info. N'hésitez pas à poster vos questions, et à partager vos reflexions et vos expériences dans ce domaine.

Le Livre des Morts Tibétain et Swedenborg

Messagepar Patrick » 08 Jan 2017 15:39

Chers Amies (s)

J’ai le grand plaisir d’ouvrir ce nouveau sous-forum avec un texte qu’un proche ami vient de préparer pour nous. Jean-Pierre, juriste et enseignant-chercheur retraité de l’enseignement supérieur agronomique et vétérinaire, est engagé dans la voie bouddhiste indo-tibétaine (Vajrayana). Cette petite étude, riche et documentée, ouvre ici le très vaste sujet de la vie après la mort et de notre devenir dans l’autre vie.

Il n’est pas une question plus centrale à cette vie que celle de la mort, puisqu’elle la conditionne entièrement, dès l’instant de notre naissance. Par ailleurs, la conception que nous avons de la mort conditionne pour une grande part notre façon d’être et de vivre, et elle peut soit lui donner tout son sens ou à l’opposé en anéantir toute signification.

C’est la raison pour laquelle les enseignements qui la concerne se trouve au centre de toutes les traditions et religions du monde, de la philosophie, et depuis peu de la médecine et de la science. A travers elle, nous sommes aujourd’hui parvenus au point de jonction exacte entre religion et science, et un nouveau paradigme est en train d’émerger de cette rencontre improbable autant qu’inattendue, mais ne déflorons pas le rosaire de cette nouvelle connaissance trop tôt ...

Patrick

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BREVE INTRODUCTION A LA CONCEPTION BOUDDHISTE DE LA MORT

Le document qui suit a été conçu comme une vulgarisation de l’initiation à la mort dans l’optique du bouddhisme indo-tibétain (Vajrayana). Il est fondé à titre principal sur trois éditions différentes du « Livre Tibétain des Morts », ou « Bardo Thödol » (prononcer « teu-dreul »), et à titre secondaire sur différents ouvrages de grands maîtres, à caractère général (S.S. Dalaï Lama, Kalou Rinpoché, Bokar Rinpoché ou spécialisés sur la mort (Sogyal Rinpoché, Dzogchen Ponlop Rinpoché, Latil Rinpoché, Lama Lodreu). Les trois éditions du BT, en langue française, sont explicitées dans les commentaires préalables aux prières exposées après la partie descriptive des trois bardos de la mort. Celle-ci est présentée sous forme simple, en grandes polices et en gras, afin de permettre à des personnes âgées à la vue défaillante de les lire. Les prières, tirées du BT de Robert Thurman, proche du Dalaï Lama et père de l’actrice Uma Thurman, ne suivent pas la même règle de présentation et sont là à titre d’information.

A l’attention du public non bouddhiste, mais qui peut en avoir une certaine connaissance, il est nécessaire de procéder à une mise au point sur deux questions : le concept de bardo et l’analogie avec d’autres croyances, anciennes ou encore actuelles, sur la « réincarnation » et la « transmigration de l’âme ». On supposera connue - au moins vaguement - la notion de karma.

1) Le concept de bardo

« Bardo » signifie en tibétain « état intermédiaire ». Mais, pour les êtres de l’existence conditionnée par le karma, dont font partie les humains, « tout est bardo » : il n’y a donc pas une succession d’états intermédiaires entre des états « non intermédiaires », la traduction n’est pas heureuse, mais on n’a pas trouvé mieux. Les humains connaissent six bardot :
- trois concernent la vie : la vie proprement dite, depuis la conception jusqu’au début du processus de la mort ; sont inclus dans ce grand barde deux « mini bardot » : le rêve et la méditation ;
- trois concernent la mort : ils sont exposés et décrits ci-après dans la partie à gros caractères (moment de la mort, réalité en soi, et devenir).
A noter que la 4ème prière sur les « 6 mondes intermédiaires » abordent chacun de ces bardos, avec les préconisations pour les pratiquants.

On appelle cet ensemble « états intermédiaires » parce qu’il y a nécessairement un autre état antérieur, et généralement un état postérieur, sauf si l’on accède à la libération en s’extirpant de la succession de ces bardos : atteindre l’éveil, devenir un bouddha, état insurpassable et irréversible. La mort offre plusieurs occasions de réaliser l’éveil et d’accéder à la bouddhéité, comme l’expliquent les prières, mais ce n’est évidemment pas à la portée de tous, même pour les pratiquants bouddhistes. Elle offre aussi la possibilité d’assurer un éveil futur, en rejoignant une « terre pure » créée par la compassion de divers bouddhas, ce qui est moins difficile, mais « pas évident » non plus.

2) Renaissance, réincarnation et transmigration de l’âme

Beaucoup de discours confusionnistes sévissent depuis longtemps sur cette question, sous l’influence de la circulation des idées « New Age », à savoir des bricolages spirituels de toutes sortes qui n’ont rien d’antipathique, mais qui ne se rattachent à aucune tradition claire et pure. Cela peut aider face à l’angoisse inévitable que provoque la perspective de la mort, mais à condition d’en sortir.

Du point de vue bouddhiste, les êtres conditionnés par leur karma depuis la nuit des temps connaissent des existences successives à travers des renaissances dans divers mondes, qui ne se limitent donc pas au monde humain. On appelle cela « samsara », et en sortir implique d’obtenir l’éveil ou d’accéder à une terre pure. Les mondes de la renaissance sont au nombre de 6 :
- 2 offrent moins de souffrances que le monde humain, on peut y aller avec un bon karma : demi-dieux (titans) et dieux par ordre de souffrance décroissante ;
- 3 offrent plus de souffrances que le monde humain : par ordre de souffrance croissante, animaux, esprits avides et enfers.


Dans le document qui suit, on prend l’hypothèse de la renaissance humaine seulement, qui n’est jamais une garantie, puisque le karma accumulé dans nos existences précédentes - inconnues et inconnaissables, sauf par les bouddhas - nous est inconnu. Le terme « réincarnation » est donc à proscrire comme source de confusion et d’illusion (croyances hindouistes, notamment), sauf pour désigner les renaissances prévisibles et avérées de certains grands maîtres du Dharma bouddhiste.

La renaissance humaine vue par le bouddhisme, mais aussi par l’hindouisme, pourrait apparaître comme la «transmigration de l’âme» au sens d’autres croyances ou de l’hypermarché « New Age ». Il n’en est rien, parce que le concept d’âme n’est pas reconnu par le bouddhisme. Inversement, de nombreux courants spirituels et religieux le reconnaissent (monothéismes) ou s’en rapprochent (hindouisme, spiritualités amérindiennes et chamaniques, probablement les anciennes croyances celtiques et germaniques/nordiques, etc.). En Occident, le courant théosophique du XIXème siècle, puis le courant anthroposophique (R. Steiner), influencés par ces croyances « importées », ont pu développer des théories sur le devenir de l’âme après la mort, libérée d’un corps devenu inadapté (voyage de l’âme dans différents plans cosmiques, etc.). Les religions monothéistes ont développé de leur côté des schémas simples de la destination de l’âme par rapport à un Dieu créateur ; elles ne reconnaissent pas le cycle des renaissances et remplacent cela par un positionnement ultérieur de l’âme positif (paradis) ou négatif (enfer), par rapport à ce Dieu, qui procède à son jugement « premier », puis « dernier », à la fin des temps. Les religions polythéistes anciennes (Grèce, Rome...) ont développé quant à elles l’image du jugement premier par un dieu affecté à cette tâche.

Le bouddhisme considère que la croyance en l’existence d’une âme chez les êtres humains n’est pas fondée, même si une sorte de jugement par Yama, le dieu de la mort, a vocation à s e produire. Cette croyance reflèterait en effet l’illusion d’une persistance de l’« ego » éventuellement à travers un cycle des renaissances, ou à travers une navigation dans différents « plans » cosmiques si le cycle des renaissances n’est pas admis. Or l’ego n’a aucune consistance, il est illusion pure. L’âme, qui n’est pas synonyme de conscience ou d’esprit, ne paraît pas distincte de cet ego, qu’il s’agit de dépasser dans la voie bouddhiste. Celle-ci considère aussi que l’illusion de l’existence de l’âme peut s’expliquer par l’extension de l’illusion que l’on est son propre corps, dans le contexte de la mort où le corps cesse d’être son support : ce serait en effet adhérer à la philosophie matérialiste intégrale du XIXème siècle, très anti-religieuse et anti-spirituelle, que de croire que l’âme disparaît avec le corps, vu qu’elle en est le simple produit. Paradoxalement, cette position est moins erronée qu’on ne pourrait le croire : si l’âme existe, alors « bon débarras ».... Mais la philosophie bouddhiste n’est évidemment pas matérialiste.

Le bouddhisme considère que, si l’âme n’a pas d’existence réelle, la conscience (ou l’esprit, synonyme à ce niveau de généralité) s’investit dans un courant à caractère continu avant la naissance et après la mort, mais il ne s’agit pas de la même personne, à supposer que l’on reste dans des renaissances humaines. C’est ce courant de conscience, infini dans le passé et dans l’avenir, qui est modelé par le karma des êtres sensibles, lequel se matérialise sous les différentes formes qu’ils peuvent prendre dans le « samsara », notamment les différents « egos » humains et leur âme apparente : il n’y a donc pas transmigration de quoi que soit, mais au contraire continuité et relative stabilité d’un courant de conscience donné. Ce point est un des plus difficiles à comprendre et à admettre. L’ouvrage qui l’explique le mieux est à notre sens « La voie du Bouddha », de Kalou Rinpoché (Ed. du Seuil), ouvrage synthétique sur la philosophie et la spiritualité bouddhiste et qui comprend un chapitre sur la mort.

Ces considérations n’ont aucun caractère polémique, elles tendent seulement à clarifier les positions des uns et des autres, toutes respectables. A présent, le passeur Charon nous attend pour nous emmener au royaume de Hadès, pour parler comme les anciens Grecs, polythéistes...

Jean-Pierre
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Le Livre des Morts Tibétain et Swedenborg

Messagepar Patrick » 26 Jan 2017 23:01

LES TROIS BARDOS DE LA MORT
 (VUE D’ENSEMBLE)
 :

Sources: S.S. Dalaï Lama, Sogyal Rinpotché, Kalou Rinpotché, Bokar Rinpotché, Dzogchen Ponlop Rinpotché,
Latin Rinpotché, Lama Lodreu, Robert Thurman, autres...

1) TCHIKA BARDO : Bardo du moment de la mort, assez bref (quelques heures, ou très rapide si mort violente), 2 phases :

a) Dissolution externe : chacun des éléments matériels du CORPS cesse de servir de support à l’ESPRIT/CONSCIENCE, en se « résorbant » dans l’élément suivant, selon un ordre allant du plus grossier au plus subtil (TERRE/EAU/FEU/AIR/CONSCIENCE) ; on entend par « résorption » le fait qu’un élément constitutif du corps disparaît pour être relayé par les autres, jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus aucun : ne reste alors que la CONSCIENCE, qui ne disparaît pas (Cf. TABLEAU récapitulatif page suivante) Fin de la dissolution externe = MORT CLINIQUE (réversibilité) ;
b) Dissolution interne : la CONSCIENCE connaît trois luminosité ou « chemins » (BLANC/ROUGE/NOIR), avant d’accéder potentiellement à la CLAIRE LUMIERE de l’Eveil bouddhiste, ce qui est remplacé habituellement par une phase d’INCONSCIENCE consistant en la première étape du BARDO suivant (2)
Fin de la dissolution interne = MORT VERITABLE (irréversibilité); c’est pourquoi on peut parler à l’oreille du « cadavre » jusqu’à ce moment, la CONSCIENCE du mort le perçoit.

2) TCHEUNY BARDO : Bardo de la vacuité, ou de la réalité en soi (« dharmata »), très bref.

3) SIPA BARDO : Bardo du devenir, transition vers la renaissance, plus ou moins long (de quelques jours à 7 semaines).

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES TROIS BARDOS DE LA MORT
 (EN DETAIL)
 :

1) TCHIKA BARDO : a) Dissolution externe.

RESORPTION SUCCESSIVE DES ELEMENTS :
- SIGNES EXTERIEURS (Vécus par le mourant et observables en général) ;
- SIGNES INTERIEURS (Vécus exclusivement par le mourant).
            
TERRE / EAU :
- SIGNES EXTERIEURS (Difficulté à se mouvoir) ;
- SIGNES INTERIEURS (Sensation de chute ou d’écrasement / 
Perte de la vision. Mirage d’étendue d’eau sur une route).

EAU / FEU
- SIGNES EXTERIEURS (Assèchement des fluides corporels, incontinence) ;
- SIGNES INTERIEURS (Sensation de noyade, bruit de cascade / Perte de l’ouïe Mirage de fumée omniprésente).

FEU / AIR :
- SIGNES EXTERIEURS (Début de refroidissement du corps) ;
- SIGNES INTERIEURS (Sensation de crépitement d’un brasier / Perte de l’olfaction Mirage de lucioles / étincelles).

AIR / CONSCIENCE :
- SIGNES EXTERIEURS (Respiration de plus en plus difficile, jusqu’au «dernier soupir») ;
- SIGNES INTERIEURS (Sensation de bourrasque violente / Perte de la texture et du goût / Manifestation des fantasmes karstiques / Mirage de la bougie vacillante).

CONSCIENCE / ESPACE :
- SIGNES EXTERIEURS (Fin du refroidissement du corps, région du coeur) ;
- SIGNES INTERIEURS (Sensation de vrombissement / Début de la dissolution interne.

1) TCHIKA BARDO : b) Dissolution interne.

La CONSCIENCE qui survit à la dissolution externe a alors les visions suivantes :
- LUMINOSITE BLANCHE, ou « CHEMIN BLANC » : le principe masculin (« goutte blanche ») descend du chakra de la tête vers le bas ; vision du type « ciel lunaire » ;
- LUMINOSITE ROUGE, ou « CHEMIN ROUGE » : le principe féminin (« goutte rouge ») monte du chakra de l’ombilic vers le haut ; vision du type « coucher de soleil », ciel rouge orangé ; moment opportun pour pratiquer le « transfert de conscience » dans une « terre pure » pour les pratiquants bouddhistes de niveau moyen ;
- LUMINOSITE NOIRE / INDIGO, ou «CHEMIN NOIR»: les deux gouttes se rejoignent au niveau du chakra du coeur ; vision du type « clarté nocturne » juste avant l’aube, possibilité de voir la « Claire lumière » donc d’accéder à la bouddhéité pour les grands pratiquants.

2) TCHEUNY BARDO : Bardo de la vacuité, ou de la réalité en soi (« dharmata ») :

a) Phase d’inconscience après le « chemin noir » : 3 jours environ ;
b) Retour de la conscience avec « corps mental » (comme dans le rêve, mais sans conscience d’être mort), avec 4 expérimentation de sensations sonores et visuelles extrêmes et terrifiantes :

- grondement assourdissant ;

- éclairs aveuglants, vision multiple et simultanée des existences et des « Terres pures », déploiements d’activités diverses observables (type trafic intense automobile, ferroviaire et aérien).

Attraction croissante pour les luminosités douces (mondes de renaissance).
 Cette phase (b) est d’autant plus brève que l’on est terrifié, les pratiquants pouvant stabiliser la vision et se fondre dans les lueurs aveuglantes pour échapper à la « phase (3) ».

Ce qu’il faut essayer de faire si on a conscience que l’on est mort (rare) et que l’on n’est pas comme dans un rêve, en croyant que c’est réel et que l’on a un corps, donc qu’on peut mourir (cas général) :
- Faire l’effort de se fondre dans une lumière aveuglante quelconque ;

- Si c’est impossible, parmi les lueurs douces, choisir la lueur bleue (renaissance humaine, la seule qui permettre de pouvoir se libérer en une vie ou plusieurs).

3) SIPA BARDO : Bardo du devenir.

Une fois la phase précédente passée (elle peut être très brève), la CONSCIENCE a créé un « corps mental » qui peut franchir les obstacles matériels (retour sur lieux de vie, etc.), et a le désir de retrouver un corps par peur de l’anéantissement.

Retour des émotions, et on revit en plus des expériences de mort, ce qui fait qu’on a des doutes sur le fait qu’on l’est ou pas et qu’on est complètement désorienté. 
Errance dans un univers obscur avec halo de lumière autour de soi, croisement avec d’autres êtres dans le même bardo. Foule, circulation, objets se déplaçant dans l’espace ...

A un moment ou à un autre, expériences des 4 FRAYEURS et des 3 ABIMES :

a) les 4 FRAYEURS : ensevelissement sous une montagne qui s’effondre, engloutissement dans l’océan, brûler dans immense brasier, être enlevé par une énorme bourrasque ;
b) les 3 ABIMES : sensation de chute dans un puits ou un tunnel de 3 couleurs (BLANC GRISATRE, ROUGEOYANT, et OBSCUR).

Apparition progressive du et des monde(s) de renaissance (divers objets usuels et formes symboliques, celui ou celle vers laquelle on est attiré nous canalise vers un des 6 mondes: dieux, demi-dieux, humains, animaux, esprits avides, enfers)

Modalités de la RENAISSANCE HUMAINE : assistance à une relation (hétéro)sexuelle, entrée dans la « matrice », évanouissement et perte de conscience au moment de la conception (si conception il y a) :
- si attirance pour l’homme, on renaît de sexe féminin ;

- si attirance pour la femme, on renaît de sexe masculin.


« Lavage de cerveau » de la conscience qui a enfin pu passer du corps mental au corps réel.
C’est reparti pour un tour...

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PRIERES DE PREPARATION ET D’ASSISTANCE EN VUE DE LA MORT

(La sienne ou celle des autres)

Ces 4 prières sont extraites de la version « Livre de Poche » du LIVRE DES MORTS TIBETAINS (« BARDO THÖDOL »), présenté par Robert THURMAN avec une préface de S.S. le DALAI LAMA. Les prières (2), (3) et (4) concernent spécifiquement les pratiquants bouddhistes face à la perspective de leur propre mort, mais elles peuvent évidemment être une source d’inspiration pour les non bouddhistes.

On trouve les explications nécessaires sur les divinités mentionnées et leur symbolique, sur les concepts utilisés, etc., dans cet ouvrage, ou dans les autres ouvrages consacrés au BARDO THÖDOL, à savoir :

- le « rouge », commenté par Lama ANAGARIKA GOVINDA ;
- le « bleu », commenté par CHÖGYAM TRUNGPA & Francesca FREMANTLE.

La prière (1) a un caractère mixte (pour soi-même ou pour les autres). D’où la recommandation au début (à réciter 3 fois, avec offrande d’encens). Les 3 autres prières ont davantage vocation à être méditées et apprises en tant que préparation à la mort et portent sur le Tcheuny Bardo, le plus éprouvant. Il y a un élément sur le Sipa Bardo dans la (4).

1) PRIERE DE DEMANDE D’AIDE AUX BOUDDHAS & AUX BODHISATTVAS

(Offrande aux 3 Joyaux, un bâton d’encens à la main, puis réciter 3 fois)

Ô Bouddhas & Boddhisattvas dans les 10 directions, Vous qui êtes toute compassion, toute connaissance, tout amour, vous qui voyez tout, vous êtes le refuge des êtres ! Par la puissance de votre compassion, venez ici s’il vous plaît ! Acceptez, je vous en prie, ces offrandes physiques et visualisées ! Vous, êtres compatissants qui avez à votre disposition une sagesse inconcevable qui sait tout, vous qui accomplissez des actes miraculeux avec une compassion aimante, vous qui avez le pouvoir d’offrir un refuge ! Ô vous, êtres compatissants, cette personne qui s’appelle ... est en train de passer de ce monde dans l’au-delà, elle quitte ce monde et accomplit la grande migration. Elle n’a pas d’amis. Elle souffre beaucoup, elle n’a ni refuge, ni protecteurs ni alliés. La perception qu’elle a de cette vie décline. Elle va dans un autre domaine d’existence, elle entre dans une obscurité profonde, elle tombe dans un abîme sans fond, elle se perd dans une forêt dense. Elle est entraînée par la puissance du devenir, elle pénètre dans une immensité sauvage, elle est balayée par les lames d’un immense océan. Elle est arrachée par le vent du devenir, elle va dans un endroit où le sol n’est pas sûr, elle entre dans un immense champ de bataille. Elle est saisie par un diable immense, terrifiée par les messagers de Yama. Elle passe d’une existence du devenir à une autre, sans aucun pouvoir personnel. Le temps est venu où elle doit partir, seule, sans amis. En conséquence, puissiez- vous, êtres compatissants, je vous en prie, offrir un refuge à ..., cette personne démunie. Protégez-la ! Soyez son alliée ! Sauvez-la de la grande obscurité du monde intermédiaire ! Retenez-la et faites qu’elle ne soit pas emportée par le vent rouge et rude du devenir ! Délivrez-la de la grande terreur de Yama ! Délivrez-la des passages difficiles et terribles du monde intermédiaire ! Ô êtres compatissants, ne retenez pas votre compassion ! Aidez-la ! Ne la laissez pas tomber dans ces états horribles ! Ne faillissez pas à vos anciens voeux ! Etendez jusqu’à elle votre pouvoir de compassion ! Ô Bouddhas & Boddhisattvas, entourez... de votre art et de votre pouvoir de compassion ! Surveillez-la avec compassion ! Ne l’abandonnez pas à la puissance du devenir néfaste ! Je prie avec vigueur pour que vous, les 3 Joyaux, la sauviez de la souffrance du monde intermédiaire !

2) PRIERE POUR LA DELIVRANCE DES PASSAGES DIFFICILES DU MONDE INTERMEDIAIRE

Je rends hommage à la foule des mentors, des Archétypes et des Anges !

Avec votre immense amour, guidez-moi, je vous en prie, sur la voie !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par l’erreur fondamentale,

Que la transmission orale des mentors me guide sur le chemin

De la lumière du savoir, de la pensée et de la méditation, qui sont des lumières qui ne vacillent pas,

Et que les parèdres des Anges me soutiennent sur la voie,

Délivrez-moi des difficultés et des dangers et du monde intermédiaire

Et conduisez-moi à la Bouddhéité parfaite !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par des illusions tenaces,

Que le Seigneur Vairochana me guide sur la voie

De la claire lumière de la sagesse qui consiste à voir la perfection de la réalité !

Que sa parèdre Dhatvishvari Bouddha me soutienne alors que je chemine,

Délivrez-moi des difficultés et des dangers du monde intermédiaire

Et conduisez-moi à la Bouddhéité parfaite !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par une forte haine,

Que le Seigneur Vajrasattva me guide sur la voie

De la claire lumière de la sagesse du miroir !

Que sa parèdre Bouddha Lochana me soutienne alors que je chemine,

Délivrez-moi des difficultés et des dangers du monde intermédiaire

Et conduisez-moi à la Bouddhéité parfaite !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par un immense orgueil,

Que le Seigneur Ratnasambhava me guide sur la voie

De la claire lumière de la sagesse équanime !

Que sa parèdre Bouddha Mamaki me soutienne alors que je chemine,

Délivrez-moi des difficultés et des dangers du monde intermédiaire

Et conduisez-moi à la Bouddhéité parfaite !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par des passions incontrôlables,

Que le Seigneur Amitabh me guide sur la voie

De la claire lumière de la sagesse du discernement !

Que sa parèdre Bouddha Pandaravasini me soutienne alors que je chemine,

Délivrez-moi des difficultés et des dangers du monde intermédiaire

Et conduisez-moi à la Bouddhéité parfaite !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par une violente jalousie,

Que le Seigneur Amoghasiddhi me guide sur la voie

De la claire lumière de la sagesse qui accomplit tout !

Que sa parèdre Bouddha Samayatara me soutienne alors que je chemine,

Délivrez-moi des difficultés et des dangers du monde intermédiaire

Et conduisez-moi à la Bouddhéité parfaite !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par les cinq puissants poisons,

Que les Seigneurs Victorieux me guident sur la voie

De la claire lumière des quatre sagesses associées !
Que les cinq parèdres bouddha me soutiennent alors que je chemine,

Et me délivrent des difficultés et des dangers du monde intermédiaire,

Qu’ils me conduisent aux cinq terres suprêmes et pures !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par des instincts dominateurs,
Que les Héros Savants me guident sur la voie

De la claire lumière de la sagesse orgasmique !

Que leur meilleure Ange parèdre me soutienne,

Délivrez-moi des difficultés et des dangers du monde intermédiaire

Et conduisez-moi à la Bouddhéité parfaite !

Alors que j’erre dans le cycle des existences, entraîné par des hallucinations fortes,
Que la foule des divinités bénignes et féroces me guident sur la voie

De la lumière qui conquiert les visions terrifiantes de la haine et de la peur !

Que la Déesse Angélique de l’Espace me soutienne sur le chemin,

Délivrez-moi des difficultés et des dangers du monde intermédiaire,

Et conduisez-moi à la Bouddhéité parfaite !

Ô, que les éléments de l’espace ne s’élèvent pas en ennemis,

Et que je voie le royaume du Bouddha de saphir !

Que les éléments marins ne s’élèvent pas en ennemis,

Et que je voie le royaume du Bouddha de diamant !

Que les éléments de la terre ne s’élèvent pas en ennemis,

Et que je voie le royaume du Bouddha d’or !

Que les éléments du feu ne s’élèvent pas en ennemis,

Et que je voie le royaume du Bouddha de rubis !

Que les éléments du vent ne s’élèvent pas en ennemis,

Et que je voie le royaume du Bouddha d’émeraude !

Que les éléments de l’arc-en-ciel ne s’élèvent pas en ennemis,

Et que je voie le royaume du Bouddha de l’arc-en ciel !

Que les sons, les lumières et les rayons ne s’élèvent pas en ennemis,

Et que je voie le royaume magnifique des divinités bénignes et féroces !

Que je comprenne que tous les sons sont mes propres sons,

Que je comprenne que toutes les lumières sont mes propres lumières,

Que je comprenne que tous les rayons sont mes propres rayons,

Que je comprenne que la réalité du monde intermédiaire est la mienne,

Et que je manifeste le royaume des Trois Corps de Bouddha !

3) PRIERE POUR LE REFUGE CONTRE TOUTES LES TERREURS DU MONDE INTERMEDIAIRE

Ô, quand mon énergie vitale sera épuisée,

Comme les êtres chers ne peuvent pas m’aider au-delà de ce monde,

Et que je dois errer seul dans le monde intermédiaire,

Que les Bouddhas bénins et féroces utilisent le force de leur compassion,
Et dispersent le brouillard épais de l’obscurité du savoir erroné !

Maintenant que j’erre seul, séparé de ceux que j’aime,

Et que toutes mes visions ne sont que des images vides,

Que les Bouddhas utilisent la force de leur compassion

Et arrêtent, dans le monde intermédiaire, la crainte et la haine qui vous entraînent !

Quand les cinq lumières de la sagesse lumineuse apparaîtront à l’horizon,

Que je sois capable, sans crainte, courageusement, de les reconnaître comme moi-même !
Quand les formes des Seigneurs bénins et féroces s’élèveront,

Hardi et sans crainte, que j’identifie l’état intermédiaire !

Maintenant, alors que je souffre sous le joug d’un devenir néfaste,
Que les archétypes divins écartent cette souffrance !

Quand la réalité s’effondrera avec mille coups de tonnerre,

Qu’ils deviennent tous OM MANI PADME HUM !

Quand je naîtrai dans le monde intermédiaire,

Que les prophéties funestes des diables pervers ne se réalisent pas !
Où que j’arrive par le pouvoir de la pensée,

Que les craintes créées par le devenir néfaste ne se produisent pas !

Quand les fauves rugiront sauvagement,

Que leurs rugissements ne deviennent pas les mots du Dharma OM MANI PADME HUM !
Quand je serai assailli par la neige, la pluie, le vent et l’obscurité,

Puissé-je trouver la vision divine de la sagesse resplendissante !

Que tous les êtres, car ils peuvent s’accorder dans le monde intermédiaire,
Evitent toute rivalité et renaissent dans des états élevés !

Quand, en raison de désirs compulsifs intenses, j’aurai froid et faim,
Puissé-je ne pas souffrir de faim, de soif, de chaleur ou de froid réels !

Quand je contemplerai l’accouplement de mes futurs père et mère,

Que je les voie eux-mêmes comme le Seigneur Père-Mère de la compassion !
Conscient et libre de choisir ma naissance, alors, pour le bien des autres,

Que j’obtienne le meilleur corps, doté des signes et des marques !

Ayant obtenu pour moi-même le meilleur corps vivant,

Que tous ceux qui me voient ou m’entendent soient rapidement délivrés,
En m’éloignant d’un devenir malheureux,

Que je sois fidèle aux mérites acquis et que je les fasse grandir encore !

Où que je naisse et dans chaque vie future,

Que je rencontre à nouveau mon archétype divin de cette vie-ci !

Doué de parole et de compréhension, depuis le moment même de ma naissance,
Puissé-je avoir la capacité de me souvenir de mes vies antérieures !

Que le savoir soit grand ou petit, habituel ou divers,

Puissé-je le comprendre à la seule écoute et à la seule lecture !
Que les auspices soient favorables dans le pays où je naîtrai,
Et que tous les êtres soient heureux !

Vous, Victorieux bénins et féroces, avec vos corps, vos escortes, vos vies infinies et vos mondes purs,

Et vos signes de grandeur supérieurs et favorables,

Puissé-je, ainsi que tous les autres, devenir comme vous !
Par la grande compassion des dieux bénins et féroces à la Parfaite Bonté,
Par le pouvoir de la vérité de la réalité-perfection,

Et par la bénédiction du succès de l’esprit unique des initiés du Tantrisme,
Que j’accomplisse tout ce pour quoi j’ai prié !

4) LES VERSETS ESSENTIELS DES SIX MONDES INTERMEDIAIRES

Ô ! Quand bientôt le monde de la vie apparaîtra pour moi,

J’abandonnerai la paresse puisque la vie n’a plus de temps,

Et sans fléchir je suivrai la voie de l’étude, de la pensée et de la méditation
Et, m’attachant à l’étude des perceptions et de l’esprit

Je réaliserai les Trois Corps de l’illumination !

Maintenant que j’ai enfin obtenu un corps humain

Ce n’est pas le moment de rester sur la voie du divertissement.

Ô ! Quand bientôt le monde du rêve m’apparaîtra,

Je renoncerai au sommeil de l’illusion qui ressemble à celui d’un cadavre,

Et en toute conscience, inébranlable, je ferai l’expérience de la réalité,

Conscient de rêver, je prendrai plaisir à ces changements qui seront pour moi la claire lumière,

Ne dormant pas stupidement comme un animal,

Je chérirai la pratique qui consiste à faire fusionner le sommeil et l’illumination !

Ô ! Quand bientôt le monde intermédiaire de la méditation m’apparaîtra,
J’abandonnerai la multitude des erreurs qui distraient,

Je me concentrerai sans relâche ni contrôle sur la présence extrême et libre,
Et j’atteindrai l’équilibre dans les phases de création et de perfection !
Renonçant aux affaires, totalement concentré dans la méditation,
Je ne céderai pas au pouvoir des conditionnements erronés !

Ô ! Quand bientôt le monde intermédiaire du moment de la mort m’apparaîtra,
Je renoncerai aux préoccupations de l’esprit au désir insatiable,

Et, inébranlable, je comprendrai la clarté des préceptes,

Et je transmigrerai dans l’espace non né de la présence intérieure ;
Sur le point de perdre ce corps créé de chair et de sang,
Je comprendrai qu’il est impermanent et illusion !

Ô ! Quand bientôt le monde intermédiaire de la réalité m’apparaîtra,

Je laisserai passer les hallucinations de la terreur instinctive,

Et je reconnaîtrai tous les objets comme étant des visions créées par mon propre esprit,
Et je comprendrai qu’il s’agit du monde de perception de l’état intermédiaire ;

Ayant atteint cet instant, ayant atteint cet arrêt très critique,

Je ne craindrai pas mes propres visions des divinités bénignes et féroces !

Ô ! Quand bientôt le monde intermédiaire de l’existence m’apparaîtra,
Je tiendrai fermement ma volonté avec mon esprit unifié et concentré,
Et j’augmenterai vigoureusement l’impulsion du devenir favorable ;
Bloquant l’entrée de la matrice, je me souviendrai d’être repoussé.
Maintenant le courage et la perception positive sont essentiels ;
Je renoncerai à la jalousie et je contemplerai tous les couples
Comme étant mon Mentor Spirituel, mon Père et la Mère.

L’homme dont l’esprit est distrait et qui ne pense jamais : « La Mort vient »,
Qui passe son temps comme esclave des affaires vaines de la vie terrestre,
Et puis en sort sans rien commet une erreur tragique.

Reconnaître la nécessité est l’enseignement sacré des dieux,
Aussi, à partir de maintenant, ne vivrez-vous pas cette « vérité divine » ?
Telles sont les paroles des grands initiés.

Si vous n’intégrez pas les préceptes du mentor,

Ne serez-vous pas celui qui se trompe lui-même ?
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16


Retourner vers La vie après la mort

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron