Les visions de Swedenborg en question

Tous les sujets liés à la vie, l'oeuvre, et les enseignements de Swedenborg.

Les visions de Swedenborg en question

Messagepar Patrick » 26 Mai 2018 18:34

Patrick, 5 juillet 2017.

Cher Frédéric,

J’ai eu un grand plaisir à pouvoir m'entretenir avec vous au téléphone sur quelques-uns des enseignements de Swedenborg, en particulier sur la question de la vie après la mort, corroborés, pour une part aussi, par les récents résultats de la recherche médicale sur les NDE, « Near-death experiences » en anglais, ou EMI, « Expériences de mort imminente », en français ; encore mieux dénommée EMB, « Expériences de mort brève », de quelques minutes pour les arrêts cardiaques, à plusieurs jours pour les états de mort cérébrale. N’hésitez pas à consulter ma petite liste bibliographique commentée sur ce sujet :

http://emmanuelswedenborg.info/enseigne ... iblio.html

Concernant les enseignements de Swedenborg sur cette question, je vous conseille de lire sur le site les pages de synthèse qui lui sont dédiées, avant peut-être de l'aborder directement dans son œuvre :

http://emmanuelswedenborg.info/enseigne ... smort.html,

Je vous ai parlé de son fameux « Ciel et Enfer ». Cet ouvrage, ainsi que tous les autres, y sont également disponibles pour un téléchargement gratuit au format numérique.

http://emmanuelswedenborg.info/livrespdf.html

Vous en aurez là une vision plus partielle, car le sujet est développé d’une façon bien plus complète dans l’ensemble de son œuvre de plus d’une quarantaine de volumes pour la traduction française de référence, celle de Le Boys des Guays.

Par ailleurs, tout n’est pas à prendre à la lettre chez Swedenborg, loin de là, et il y a toujours un certain tri à faire. Il y a de nombreux éléments liés à la culture de son siècle, parfois aussi des anachronismes, et des côtés délirants dans certains de ses récits. C’est l’ensemble de sa vision et de sa dynamique globale qui est absolument géniale, mais il faut s’armer de beaucoup de patience et de persévérance pour en faire un apprentissage complet. Pour moi, cela a représenté plusieurs années d’études assidues, et je découvre encore régulièrement des choses nouvelles dans ses très riches enseignements.

En attendant si vous avez quelques questions, avis ou remarques, n’hésitez pas à m'en faire part.

Tout avec vous, dans votre quête de sens, si précieuse à cette vie.

Patrick
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Les visions de Swedenborg en question

Messagepar Patrick » 26 Mai 2018 18:34

Frédéric, 20 juillet 2017.

Bonjour, j'espère que vous allez bien ! Je vous communique un lien que j'ai découvert par hasard, qui est peut-être intéressant : Les visions de Swedenborg (books.google.fr)
Je ne sais pas d'ailleurs si vous auriez cet ouvrage... En vous souhaitant une agréable journée, cordialement.

Frédéric
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Les visions de Swedenborg en question

Messagepar Patrick » 26 Mai 2018 18:35

Patrick, 17 août 2017.

Cher Frédéric,

Je vous remercie pour votre dernier mail avec le lien vers les extraits du livre de Jean Prieur. Personnellement, je mettrais une réserve concernant ce livre de Jean Prieur qui prend beaucoup de liberté dans les résumés qu’il fait des visions de Swedenborg, sans parler d’un grand nombre de choix thématiques, à mes yeux tout à fait inappropriés. Voici également un extrait d’un récent échange avec un internaute au sujet justement des visions de Swedenborg, avec quelques avertissements importants.

Patrick
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Les visions de Swedenborg en question

Messagepar Patrick » 26 Mai 2018 18:35

Alain, 5 août 2017.

Bonjour,

Je suis en train de relire les deux ouvrages de Jean Prieur sur Swedenborg. Mon sentiment, à propos de cet homme, est partagé. Son honnêteté et la réalité de ses visions ne peuvent être mises en cause. Par ailleurs, je me sens très proche de lui sur de nombreux points. Par contre, il y a des sujets sur lesquels je me demande s’il n’a pas été abusé par des esprits facétieux et manipulateurs, qui, selon ses propres dires, sont nombreux et actifs. C’est en particulier le cas lorsqu’il parle des supposés habitants de Mercure, Saturne, etc. Vraiment, impossible, à notre époque, de donner foi à de tels propos. Quelle est votre réponse sur ce point ? Car je ne dois pas être seul à être troublé. Merci d’avance pour votre réponse.

Bien cordialement,

Alain
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Les visions de Swedenborg en question

Messagepar Patrick » 26 Mai 2018 18:36

Patrick, 9 août 2017.

Cher Alain,

Je vous remercie pour votre message. Un grand bravo tout d’abord, car vous faites partie des rares personnes qui se donnent la peine de lire un peu Swedenborg, qui n’est certes pas facile d’accès, et qui plus est de prendre le temps de méditer ses visions et ses enseignements.

Je ne suis pas certain que les descriptions qu’il fait dans « Des Terres dans l’univers » des habitants et des civilisations des différentes planètes de notre système solaire aient pour lui une réalité matérielle comme sur notre plan terrestre. Peut-être ne s’agit-il ici que de sociétés d’esprits qui n’ont d’existence que sur un plan subtil (le monde spirituel).

Toujours est-il, et je suis tout à fait d’accord avec vous, que les descriptions qu’il en fait, ainsi que celles que l’on trouve dans les « mémorabilia », « récits mémorables » qui émaillent nombre de ses livres, paraissent souvent surréalistes pour ne pas dire délirantes. Je dois souligner qu’ils représentent depuis toujours pour de nombreux lecteurs, et disciples de ses enseignements même, une véritable pierre d’achoppement. Ils constituent à vrai dire un véritable « rebutoir » qui en a dissuadé plus d’un de poursuivre plus loin leur lecture de ses écrits, ce qui est, bien que tout à fait compréhensible, vraiment regrettable. En effet, nombre de ses enseignements sont par ailleurs d’une profondeur, d’une richesse et d’une beauté rarement égalées.

Swedenborg n’est certainement pas à prendre partout à la lettre. La lecture de ses écrits nécessite un certain recul critique et nous engage à exercer notre discernement. Il y a un sérieux tri à faire entre les éléments d’influences liés au contexte historique et culturel de son temps, de ceux qui sont le fait d’une imagination parfois excessive, et de ceux qui relèvent d’une inspiration totalement géniale. Il importe ici de savoir faire la part du génie et de la folie, qui se côtoient souvent si étroitement ! C’est une des raisons d’être de la partie « enseignements » du site Swedenborg, et de son forum.

Je conseille d’ailleurs toujours, plutôt que de lire les ouvrages de Swedenborg d’une façon linéaire, ce qui s’avère, pour beaucoup, long et fastidieux, d’en faire plutôt une lecture thématique en utilisant, dans les traductions françaises de Le Boys des Guays, les excellents index qui figurent à la fin de chacune de ses traductions (voir sur le site la liste des ouvrages en vente ou gratuitement téléchargeable au format PDF). Lecture thématique : amour, régénération, vie après la mort, jugement, etc., en pratique bien plus stimulante et enrichissante.
Je voudrais mettre au passage une sérieuse réserve au sujet du livre de Jean Prieur qui prend beaucoup de liberté dans les résumés qu’il fait de ses visions, avec des choix à mes yeux souvent tout à fait inappropriés.

Je vous encourage donc fortement à persévérer dans votre quête de connaissance concernant les enseignements de Swedenborg, qui se sont révélés pour moi comme pour beaucoup, dont de nombreux auteurs éclairés, extraordinairement féconds sur le plan spirituel.

N’hésitez surtout pas à poster sur le forum ou directement par mail le fruit de vos réflexions ou vos éventuelles questions de façon à faire tourner la roue de cette connaissance si rare et précieuse, et pour une large part véritablement descendue du Ciel. Connaissance qui ne se donne certes pas facilement, et qui représente beaucoup d’efforts et de constance dans le temps afin d’être pleinement appréhendée.

Mais en ce monde où rien sur le plan social et matériel ne s’acquiert facilement, à plus forte raison en est-il pour ce qui relève de la dimension spirituelle. De plus, soyons certains que nos guides de Lumière vont s’assurer de notre sincère et indéfectible volonté, avant de nous donner, peu à peu, part à la manne céleste !

Patrick
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Les visions de Swedenborg en question

Messagepar Patrick » 26 Mai 2018 18:36

Fanny, 26 février 2018.

Bonjour Patrick,

Merci pour votre mail très instructif c’est super de mettre des choses en place de la sorte pour le site internet.
Il me vient une question encore sur les visions de Swedenborg.

Beaucoup de gens disent avoir eu des visions du paradis, de l’enfer, etc., même quelques témoignages sur internet semblent concorder (Bernarda Fernández, les jeunes 7 colombiens, Choo Thomas et bien d’autres) qui affirment avoir vu le ciel et l’enfer, et que dans l’enfer des gens y étaient, car n’avaient pas payé la dîme par exemple. Ceci est pour moi très perturbant, car ce sont aussi des visions, qui plus est, se rejoignent sur les causes qui mèneraient les gens en enfer.

Qu'est-ce qui différencie Swedenborg des visons de ces diverses personnes citées ci-dessus ? En d’autres termes, pourquoi les visions de Swedenborg plutôt que celles des autres visions ?

De plus, j’ai lu sur le forum Swedenborg que vous citez les écrits de Pierre Monnier (que j’ai partiellement lu), et de Georges Morrannier. Là aussi, une question me perturbe, l'un admet la réincarnation à titre exceptionnel, le second la déclare obligatoire et enfin Swedenborg la rejette.

Pourquoi autant de différences selon vous ?

Bien à vous,

Fanny
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Les visions de Swedenborg en question

Messagepar Patrick » 26 Mai 2018 18:37

Patrick, 24 mai 2018.

Chère Fanny,

Permettez-moi de résumer tout d'abord l'essentiel de votre question :

« Qu'est-ce qui différencie les visions de Swedenborg de celles d'autres auteurs, eux aussi visionnaires, et qui assument des points de vue parfois diamétralement opposés aux siens ? À titre d'exemple : la question de la réincarnation, admise par un bon nombre d'entre eux, et pourtant totalement rejetée par Swedenborg. En d’autres termes, pourquoi les visions de Swedenborg plutôt que celles d'autres auteurs ?

C'est une grande question de fond, que l'on peut d'ailleurs étendre à tous les systèmes de pensée, et à tous les domaines, quels qu'ils soient. Question qui renvoie à celle de la connaissance humaine en général : Qu'est-ce que la connaissance ? Et qu'est-ce qui nous permet de dire que telle vision, ou tel système de pensée ou de croyance est plus vrai qu'un autre ?

Pour commencer, il importe de réaliser que toute connaissance n'est toujours que la traduction dans un langage codé d'une réalité qui lui reste fondamentalement extérieure et qui lui est beaucoup plus complexe. En un mot, toute connaissance n'est toujours qu'une « image » extrêmement réduite d'une réalité qui la dépasse nécessairement infiniment.

Il suffit pour s'en rendre compte de faire l'apprentissage d'une autre langue pour réaliser qu'il y a tout de suite un grand nombre d'expressions linguistiques propres à chaque langue, qui s'avèrent tout à fait intraduisibles. Pour ne citer qu'un exemple, en hébreu le verbe est très souvent l'expression active, d'un nom donné. Ce qui fait que pour dire par exemple en Genèse 1, 11 : « Et dit Élohim, que croissent les herbes sur la terre », il est littéralement écrit : « que verdure (verbe) sur la terre la verdure (nom) ». Expression dont on peut facilement saisir la profonde logique, mais qui se révèle totalement intraduisible dans nos langues latines.

Ainsi pour dire que vous m'écrivez pour poser une question, on dirait : « que fanny (forme active de votre personne) Fanny (nom propre qui vous désigne) une question ! ». Il n'y a rien de plus vrai, mais la structure de notre langue et donc de notre pensée, puisque les deux sont indissociablement liées, est incapable d'exprimer ce concept pourtant évident autant que fondamental.

Toute connaissance s'avère donc n'être qu'une expression extrêmement réductrice et incomplète d'une réalité qui lui est fondamentalement transcendante. Raison pour laquelle il est impossible d'affirmer avec certitude que telle chose est « vraie », au sens qu'elle puisse être l'expression absolue d’une réalité donnée. Ceci acquis, on comprend fort bien que toute forme de fondamentalisme ou d'intégrisme, dans quelque domaine que ce soit, ne peut être le fruit que d'une grossière méprise, et l'expression d'une grande ignorance. Position potentiellement dangereuse en cela qu'elle place d'emblée son sujet en porte à faux avec la réalité qu'elle tente de s'approprier à toute force. On comprend également qu'il ne peut non plus exister aucune révélation ni aucune vérité absolue, seulement des formes de révélations diverses et des vérités relatives.

De ce point de vue, il a été fascinant pour moi de réaliser, à travers les derniers chapitres du livre de Archie Matson : « Afterlife. Reports from the Threshold of Death » (présenté et commenté dans la bibliographie sur la vie après la mort du site Swedenborg), que la vision du Christ sur la vie après la mort, par exemple, avait considérablement évolué au cours de son ministère, de même également pour l'Apôtre Paul.

Ce prérequis intégré, il faudra encore souligner que la connaissance d'un domaine de réalité ou d'un autre est toujours le fruit d'un long processus d'acquisition qui évolue avec la culture d’une société donnée, et à travers de nombreuses générations de chercheurs. Pour exemple, dans le domaine scientifique, celui de la découverte de la structure atomique de la matière. D'une façon très schématique : Démocrite émet l'hypothèse de l'existence de l'atome en 440 av. J.-C., John Dalton en théorise l'existence en 1808, Joseph John Thompson celle de l'électron en 1897, Ernest Rutherford celle de son noyau en 1911 ; mais il faudra attendre Erwin Müller pour le détecter avec certitude en 1950, Mikkel Andersen pour en obtenir une première image en 2010, Aneta Stodolna celle de son orbite d’électrons en 2013, et ce n'est que récemment qu'un seul atome nu sera photographié par David Nadlinger, en 2018 !

Dans le domaine de la métaphysique, l'évolution est évidemment moins continue et cohérente que dans celui des sciences physiques en cela qu'elle passe par de nombreuses civilisations et cultures différentes. L'Égypte, dès 3500 ans av. J.-C., est la première grande civilisation à assumer une forme de survie de l’âme après la mort dont témoigne le Livre des morts égyptiens (1650 à 1550 av. J.-C.), mais celle-ci est conditionnée par la momification du corps qui ne se démocratisera qu'autour du premier millénaire avant notre ère. Pour le Bouddha (VIe siècle av. J.-C.) comme pour Pythagore (580 - 495 av. J.-C.), Socrate (469/70 - 399 av. J.-C.) et Platon (427/28 - 347/48 av. J.-C.) il y a bien une vie après la mort, et même une préexistence de nos consciences en amont de cette incarnation terrestre. Mais pour la majeure partie des hommes, les âmes, après un séjour dans l’Hadès, sorte de monde intermédiaire souterrain, sont amenées à se réincarner sous des formes diverses, éventuellement animales, en fonction de leur karma terrestre. Seuls les êtres les plus élevés pourront accéder au monde supérieur des Dieux, et même pour le Bouddha, s'affranchir de toute existence, quelle qu'elle soit. Les auteurs de l'Ancien Testament (entre 800 av. J.-C. et 200 apr. J.-C.) à l'image des civilisations moyen-orientales et méditerranéennes, et en particulier du mazdéisme et du zoroastrisme iranien (Ier millénaire av. J.-C.), n'accordent qu'une existence fantomatique à l'âme ou à l'esprit de l'homme après la mort, dans une sorte d'inframonde obscur nommé le « Shéol ». Il faut attendre le Nouveau Testament (entre 80 et 100 à 130 apr. J.-C.) pour déboucher sur une notion de résurrection de nos esprits par-delà la mort, dans des mondes paradisiaques ou infernaux, en fonction des actions bonnes ou mauvaises, mais celle-ci n'aura lieu qu'à la fin des temps au moment du Jugement Dernier. Cette idée sera également développée par le judaïsme et reprise par l'islam au cours des premiers siècles de notre ère. Ce n'est que dans la deuxième moitié du 18e siècle, avec Swedenborg, que nous pourrons en acquérir une connaissance plus complète : la résurrection de nos âmes a lieu dès l'instant de notre mort, et il n'y a ni jugement, ni damnation, seulement une forme d'autodétermination libre et responsable, dans l'esprit de ce siècle des Lumières. Ce n'est qu'à partir de la deuxième moitié du 20e siècle que la médecine et la science viendront corroborer en partie les visions de Swedenborg, avec les travaux précurseurs de Archie Matson et de Raymond Moody (1975-1977). Finalement, ce n'est que dans ces toutes dernières décennies que les premières preuves scientifiques en faveur de cette réalité commencent à affluer, et qu'une connaissance bien plus vaste de la question émerge, à travers les récents travaux de Pim Van Lommel (2007), et ceux de Jeffrey et Jody Long (2010-2016), pour ne citer qu'eux. Il est par ailleurs certain que nous n'en sommes encore qu'aux prémices de cette connaissance !

Constatons, en tous les cas, que pour les deux exemples cités, celui de l'atome pour les sciences physiques, et celui de la vie après la mort dans le domaine de la métaphysique, que notre précédent 20e siècle, et tout spécialement les premières décennies de ce troisième millénaire, connaissent une extraordinaire percée de la connaissance dont nous avons le grand privilège d'être les tout premiers témoins.

Pour revenir à votre question concernant la réincarnation, question qui a été soulevée plusieurs fois sur le forum, nous n'en sommes encore qu'à des présuppositions qui s'étayent de plus en plus avec la recherche actuelle. Mais il nous faudra certainement attendre encore longtemps avant de pouvoir trancher de façon à peu près certaine sur cette question ! J'ai le projet de lui consacrer un plein chapitre en lien avec la science des NDE dans l'avenir. Mais après la question du « corps spirituel, » de « la réalité de ces expériences pour ceux qui les ont vécues », ainsi que celle « des divers scénarios de passage », le prochain sujet sera consacré à la rencontre avec « l'Être de Lumière ». Il faudra donc patienter encore quelques mois avant que nous puissions en débattre pleinement. En attendant mieux, permettez-moi de citer quelques passages extraits du site et du forum Swedenborg. Ils ne constituent en rien une réponse certaine et définitive à cette question, mais proposent seulement des éléments de réflexions et des pistes de travail pour une recherche plus approfondie.

Par ailleurs, j'aurais tendance à vous conseiller de rester très prudente à l'égard de l'abondante littérature médiumnique, qui dit à peu près tout et n'importe quoi, même si certains comme Pierre Monnier ou Georges Morrannier, par exemple, paraissent plus sérieux. Il me semble personnellement que les récits de « NDE » constituent un matériel plus certain, qui n'est pas non plus à prendre systématiquement partout à la lettre. Ce qui rassure au fond chez Swedenborg, malgré certains côtés délirants, c'est sa biographie et son très sérieux « background », ainsi que la reconnaissance qu'il a reçue de la part d'un grand nombre d'hommes et de femmes de renoms (voir la liste à la fin de l'épilogue de la biographie sur le site, citée ci-dessous en postscriptum). Comme le dit si bien le Christ : « C'est au fruit qu'on reconnaît l’arbre ! » (Mt 12,33)

---------------------------------------------------------------

- Le Bardho-Thödol nous dit que le défunt - qui ne peut pas, du fait de son degré d'évolution spirituelle, se maintenir sur le plan de cette lumière primordiale dont la vision suit immédiatement la mort - redescend successivement de monde en monde, jusqu'au plan de conscience qui lui correspond, et éventuellement jusqu'à une réincarnation conforme à son « karma » terrestre.

Ce point confirme très exactement la vision de Swedenborg, précédemment citée :

« L'esprit du ressuscité vient d'abord dans la compagnie des anges les plus élevés. Quand l'esprit est tel, qu'il ne peut rester plus longtemps dans la compagnie de ces anges, il se sépare des anges, et vient dans la société des bons esprits. Mais s'il ne lui est pas possible de rester avec eux, il se sépare à nouveau, et cela se répète, jusqu'à ce qu'il s'associe avec ceux qui correspondent à sa vie. »

La différence étant qu'il ne peut y avoir, pour Swedenborg, de réincarnation sur le plan terrestre, mais que dans les très nombreuses « demeures », « sphères de vie » ou « sociétés d'esprits » du monde spirituel. La raison en est que notre esprit ne peut plus reprendre cette relativement « lourde et obscure » enveloppe matérielle qui a servi de « moule » ou de « matrice » à notre âme et notre conscience. La pierre précieuse a été libérée de sa gangue, la chenille s'est métamorphosée en papillon. Pour nos esprits, il n'y a pas de retour en arrière possible, pas de retour du monde spirituel dans le monde matériel possible, puisque l'un procède de l'autre et non vice et versa.

C’est une des grandes différences entre les enseignements du Christ et ceux de Swedenborg concernant l’après-vie, d’avec ceux de l’hindouisme, du bouddhisme, et du « Livre des morts tibétains », sans oublier la tradition pythagoricienne de l’Antiquité grecque, qui a eu, ce que l’on ignore généralement, une influence importante sur ces courants.

(Site Swedenborg / La mort est une renaissance / La Lumière)
http://emmanuelswedenborg.info/enseigne ... miere.html

(Forum Swedenborg / Les suicidés dans la vie après la mort / Dim. 19 Févr. 2017)
viewtopic.php?f=10&t=2253

- Nicolas : « Les esprits peuvent-ils revenir à une vie terrestre dans un nouveau corps ? La foi bahà'ie est claire sur la réincarnation terrestre. Elle n'existe pas. Swedenborg a-t-il écrit quelque chose à ce sujet ? J’extrapole beaucoup, mais se peut-il par exemple que l’esprit d’Abraham et de Jésus ou de Moïse soit le même ? »

Réponse :

- C'est une grande question que celle de la réincarnation, qui hante l'inconscient collectif de l'humanité depuis toujours. Swedenborg disait une réincarnation terrestre impossible pour la simple raison que l'âme est formée conjointement avec le corps, que celui-ci en est en quelque sorte la matrice, le moule. À l'instant de la mort l’âme s’en dégage, exactement comme le papillon de sa chrysalide. Comment pourrait-elle dans ces conditions reprendre un corps de chair sur Terre ? C'est littéralement impossible ! Le bouddhisme tibétain assume une forme de réincarnation, mais partielle, parfaitement illustrée par l'excellent film « Little Buddha » (de Bernardo Bertolucci, 1993) où l'on voit un lama se « réincarner » simultanément à travers trois enfants différents. À chaque fois, c'est un aspect différent de son esprit qui trouve en chacun d'eux une forme d'expression particulière. Cette vision de la réincarnation rejoint l'idée qu'en guise de réincarnation, il n'y a qu'un phénomène de « conjonction » avec certains esprits avec lesquels nous partageons certaines affinités. Notons encore que pour Socrate et Platon, il y aurait une préexistence de la conscience avant cette incarnation terrestre. Conscience supraterrestre que nous retrouverions après notre mort. Il est de ce point de vue intéressant de constater qu'un certain nombre de NDE font effectivement état d'une possible réincarnation terrestre, et même de plusieurs, en amont et en aval de cette vie, rejoignant en cela le bouddhisme et l'hindouisme. J'ai aussi été très surpris de trouver parmi certains lamas tibétains une croyance en la métempsycose (migration des âmes après la mort vers d'autres corps, éventuellement minérale, végétale ou animale) possiblement héritée de la tradition pythagoricienne, elle-même probablement influencée par le védisme. Le débat est ouvert !

(Forum Swedenborg / La vie après la mort / Message de Nicolas : Mar 16 Janv. 2018 / Réponse de Patrick : Dim. 25 Févr. 2018)
viewtopic.php?f=10&t=7022

---------------------------------------------------------------

Pour ce qui concerne votre question sur les enfers, sachez que c'est la valeur morale de l'homme qui est le seul et unique facteur déterminant de notre devenir supraterrestre. Par le terme très ambigu de « valeur morale », il faudra entendre ici les valeurs d'éthique qui nous animent intérieurement, et pour lesquelles nous nous déterminons constamment à travers nos choix et nos actes. Pour parler un langage plus moderne, disons que c'est « la conscience que nous mettons dans chaque chose de notre vie » qui en constitue le moteur principal, et qui est le facteur déterminant de nos destins dans l'autre monde. Soulignons encore que c'est quelque chose qui est en constante évolution en nous, et que si nous sommes certainement amenés à finalement « récolter le fruit de ce que nous semons » de cette façon, nous ne sommes jamais punis ou condamnés pour les fautes ou les erreurs que nous avons commises, à partir du moment où nous en avons pris conscience et que nous sommes sincèrement « revenus dessus » (c'est la « métanoïa » en grec, traduit par « repentir », qui veut littéralement dire « se retourner sur », « se détourner de ». C'est un élément constant, autant dans l'ensemble de la Bible, que dans les enseignements de Swedenborg, que dans ceux qui ressortent à présent de la science des « NDE ». Il existe fort heureusement aussi des « constantes » dans le domaine en perpétuelle évolution de la connaissance. Constantes sur lesquelles nous pouvons nous appuyer avec certitude, à l'image de la parabole de la maison fondée sur le roc.

Ouvrir son esprit à tout, sans préjugés, exercer son discernement, chercher les réponses avec constance et assiduité sans jamais se laisser décourager sont les maîtres mots de toute connaissance.

Tout avec vous dans votre quête de compréhension, et sur les longs chemins de la sagesse.

Patrick

P.S. Liste, non exhaustive, de tous les grands penseurs et créateurs, qui n'ont pas seulement lu les écrits de Swedenborg, mais qui ont été profondément influencés par sa vision et sa philosophie mystique :

François Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778), Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Emmanuel Kant (1724-1804), George Washington (1732-1799), Jean-Frédéric Oberlin (1740-1826), Johann Caspar Lavater (1741-1801), Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), Samuel Hahnemann, père de l'homéopathie (1755-1843), William Blake (1757-1827), Georg Wilhelm Friedrich (1770-1831), Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), John Chapman, « Johnny Appleseed » (1774-1845), Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling (1775- 1854), Alphonse de Lamartine (1790-1869), Thomas Carlyle (1795-1881), Honoré de Balzac (1799-1850), Victor Hugo (1802-1885), Ralph Waldo Emerson (1803-1882), George Sand (1804-1876), Elizabeth Browning (1806-1861), Gérard de Nerval (1808-1855), Abraham Lincoln (1809-1865), Charles Baudelaire (1821-1867), Fiodor Dostoïevski (1821-1881), William James (1842-1910), Henry James (1843-1916), Auguste Strindberg (1849-1912), Rudolf Steiner, fondateur de l'anthroposophie (1861-1925), William Butler Yeats (1865-1939), Daisetz Teitaro Suzuki (1870-1966), Paul Ambroise Valéry (1871-1945), Andrew Taylor Still (1828-1917) et William Sutherland (1873-1954) tous deux fondateurs de l'ostéopathie, Carl Gustav Jung, père de la psychologie des profondeurs et de la psychothérapie (1875-1961), Oscar V. de L. Milosz (1877-1939), Helen Keller (1880-1968), Jorge Luis Borges (1899-1986), Henry Corbin (1903-1978), Czeslaw Milosz (1911-2004), etc.
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16


Retourner vers Discussion générale sur Swedenborg et ses enseignements.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron