Jugement Dernier

Tous les sujets liés à la vie, l'oeuvre, et les enseignements de Swedenborg.

Jugement Dernier

Messagepar morganto » 20 Déc 2015 08:44

bonjour
Bien qu'étant en accord avec les écrits inspirés et divins de Mr Swedenborg que je viens de découvrir providentiellement comme une nouvelle révélation, (n'en ayant lu encore que quelques centaines de pages), il me viens beaucoup de questions

dans l'apocalypse expliquée, il est indiqué que c'est dans le monde immatériel que le jugement dernier a été fait, c'est-à-dire que l'ordre a été rétabli par le Seigneur dans ce monde , lorsque le désordre qui y régnait par la surabondance des maux et des faussetés fut arrivés à un tel point que l'équilibre spirituel allait être rompu.
que le jugement dernier est achevé depuis 1757 et que les habitants de la terre reçoivent depuis l'influx divin de régénération.
les hommes ne l'on t-ils ni comprise ni reçue, ni reconnue ?, car depuis plus de 3.5 siècles qui ont suivis avec tant de guerres , de massacres , de mal et de nos jours un monde régit par les diables et les satans est plongé dans tous les vices dans une apostasie quasi totale et presque à son comble! c'est comme si la Jérusalem céleste s'était établie au ciel et que se faisant, les enfers étaient remontés du dessous pour englober et se enter à la terre.
le déséquilibre n'est il pas énormément plus grand qu'en 1757 et que penserait et dirait Mr Swedenborg s'il vivait à notre époque?? l'influx divin de régénération doit il passer par toutes ces désolations ?
N'y a t-il pas actuellement un énorme déséquilibre entre le ciel(s) et l'enfer(s)? enfer qui apparemment reçoit des myriades d'âme qui s'y jettent alors que le ciel en reçoit si peu. n'y a t il pas à notre époque une surabondance des maux et des faussetés poussés à leur paroxysme par rapport à 1757 ?
le SEIGNEUR laissera t il son église, nous les derniers sur la terre s'enfoncer un peu plus chaque jour ainsi sans une intervention quel qu'elle soit sur terre afin que tous nous tournions nos regards vers dieu notre seigneur?
a quoi bon voir la population de notre planète s'amplifier à ce point si ce n'est que pour devenir une pépinière de l'enfer?

bonne journée
bertrand
morganto
 
Messages: 15
Inscription: 10 Déc 2015 21:41

Re: Jugement Dernier

Messagepar Patrick » 04 Jan 2016 16:17

Cher Bertrand

Cette question du jugement dernier a été principalement développée par Swedenborg dans deux petits traités parus à six ans d’intervale :

- “ Du Jugement dernier et de la Babylone détruite ; ainsi que tout ce qui a été prédit dans l'Apocalypse, et qui est aujourd'hui accompli. D'après ce qui a été vu et entendu ”, Londres, 1758.

- “ Continuation du jugement dernier et du monde spirituel ”, Amsterdam, 1763.

Il répercutera, de façon plus résumée et partielle, les visions et les enseignements qu’il y développe dans d’autres de ses ouvrages majeurs, comme “Apocalypse Révélée” ou “Vraie Religion Chrétienne”.

Vous faites bien de poser la question de ce fameux “jugement dernier”, dont il affirme avoir été le témoin privilégié, et dont vous résumez si bien les termes. C’est un sujet qui a toujours succitée beaucoup de questions et de débats dans les milieux Swedenborgien. Les événements qu’il décrit ont-ils vraiment eut lieu dans le monde spirituel comme il l’affirme ? Et surtout, s’agit-il effectivement du jugement dernier tel que prophétisé dans l’Apocalypse de Jean ?

Il est vrai que cette vision de Swedenborg fait partie des choses les plus étranges de son oeuvre, et pour beaucoup des plus difficile à croire. Pour certain elle sera même la pierre d’achoppement qui les empêchera d’accéder à tous ses autres enseignements, ce qui est vraiment dommage.

Il faut d’abord souligner que sa vision et ses assertions sont invérifiables, personne n’ayant, semble t-il, jamais eu accés au monde spirituel comme Swedenborg. Il faut aussi insister sur le fait qu’on n’est pas non plus obligé d’adhérer à tout ce qu’il dit, pour apprécier sa vision et sa pensée. Il y a beaucoup d’autres enseignements dans son oeuvre qui, bien que d’une grande profondeur, sont plus facile à appréhender.

Ceci dit, si l’on se penche sérieusement sur les récits qu’il en fait on ne peut manquer d’être frappé par la logique qui les animes, et remarquer sa parfaite adéquation avec le siècle que vivait alors Swedenborg, siècle dit des Lumières.

Avec l’émergence de la pensée critique ou de la libre pensée des philosophes des Lumières, l’avènement des sciences et leur séparation d’avec la religion, nulle doutes que les Eglises et les religions sont précipitées dans une sorte de “jugement dernier” sans précédent, qui a encore de nos jours de profondes répercutions.

De là à dire qu’il s’agissait effectivement du jugement dernier prédit dans l’Apocalypse, les choses sont peut être plus complexe qu’il n’y parait. Dans le cycle de la vie autant individuelle que collective nous passons par de nombreux “jugement”, de nombreuses “morts et renaissances”. L’Apocalypse de Jean en est une magnifique parabole, une parfaite image archétypale, symboliquement valable pour toutes les situations de “jugement dernier” par lesquels nous passons cycliquement, autant à l’échelle des individus, qu’à celle des peuples, des nations et des civilisations.

Du point de vue de Swedenborg le subtil équilibre entre les forces du bien et du mal, auquel il nous dit que le Divin veille constamment ne peut être rompu, puisqu’il est le garant de notre “libre” lui-même fondement de notre humanité et condition absolue de notre régénération. En même temps nous sommes forcés de constater qu’il y a aussi de ce point de vue des cycles. Il y a des moments ou les forces du mal (les energies négatives et destructrices) semblent prédominer et parfois même comme tout emporter. C’est précisement à ces moments que des phases de “jugement” deviennent nécessaires afin de séparer les deux principes, de sauvegarder ce qui peut l’être encore et de réinitialiser, sur des bases nouvelles et meilleures, un nouveau cycle, cela aussi en vue de rétablir un certain équilibre. Nulle doute que notre humanité soit actuellement engagée dans un tel processus.

Pour autant il faut prendre garde à ne pas tout négativer, et à ne pas trop diaboliser le monde d’aujourd’hui. De fait de nombreuses menaces viennent obscurcir l’horizon du futur et elles sont bien réelles. Peut-être que l’humanité aura besoin de passer par une "apocalypse", ou de nombreuses et diverses petites et grandes "apocalypses" avant de se réveiller et de se réformer, pour se transformer, atteindre des niveaux d’évolution et d’accomplissement toujours plus haut. De pouvoir réaliser par exemple dans les domaines de l’esprit et de la spiritualité ce que nous sommes parvenu à réaliser dans les domaines des sciences mentales et des technologies. De façon à allier davantage à l’avenir sciences avec conscience, compassion et sagesse. C’est la leçon que nous donne aujourd’hui l’univers, et notre Terre. Espérons que, ces épreuves nécessaires franchies, plus humble, notre humanité s’avancera avec une plus grande d’écoute, avec plus de sensibilité et de respect pour tout ce qui est et qui vit.

En attendant il ne faut jamais oublier que malgré toutes les horreurs commisent quotidiennement dans le monde, 99 % de l’humanité ne passe pas son temps à s’entretuer. Elle passe même son temps, semble t-il, à vivre plutôt bien, en prennant soin de ses proches et de son entourage. Cela ne justifie en rien l’inacceptable, mais cela peu contribuer à donner une image plus positive de l’avenir de notre humanité, ou nous encourager tout au moins à aller de l’avant.

Tous mes encouragements pour votre travail de lecture, et d’appréhension de ce domaine de connaissances qui nous viennent d’en haut. Patrick


Ps. A ce sujet vous mentionnez le fait que vous êtes en train de lire “Apocalypse révélée“ de Swedenborg ( de quelle édition s’agit-il ? je serais curieux de savoir comment un livre aussi rare vous est venu dans les mains ? ). Avez-vous son “Ciel et Enfer”, ou un autre ouvrage de son oeuvre ? Lisez peut-être la page “Introduction” de l’encadré dédié à ses enseignements sur la page d’accueil du site.

Il est en effet plus facile et plus complet, ou tout au moins complémentaire, de pouvoir aborder l’oeuvre de Swedenborg à travers quelques-uns de ses ouvrages majeurs, en utilisant leurs excellents index thématiques, lorsqu’on à la chance de disposer de leur traduction française de Mr. Le Boys des Gays. Une lecture continu peu parfois s’avérer ardue et rapidement lasser et décourager. C’est la raison pour laquelle tant d’ouvrages spécialisés n’ont cessés, au cours des siècles, de proposer : index, compendiums et ouvrages de synthèse thématique sur presque tout les sujets abordés par Swedenborg. Malheureusement l’essentiel de cette littérature n’existe qu’en anglais.
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Jugement Dernier

Messagepar morganto » 08 Jan 2016 20:53

Bonsoir Patrik
tout d'abord, sachez que je suis tout à fait en accord avec ce que j'ai lu de Swedenborg et je crois que sa parole est vraie.je sui convaincu que l'apocalypse est déjà accomplie et que le jugement dernier ce soit fait dans le ciel (et si je ne me trompe) que celui ci était en fait si je puis dire le "dernier jugement" en date et qui en appelle peut être d'autres en cycle .
(vous me corrigerez par retour si je me trompe car je suis tout à fait novice, néophyte et bien ignorant de Swedenborg) : c’étais également le plus important puisque révélé dans la parole pour les siècles, car il mettais fin aux sectes chrétiennes prostituées et adultérées dans les faux et dans les maux que sont les églises romaines et réformées et certainement, mais je n'y ai encore rien lu (peut être pouvez vous me renseigner), l'église orthodoxe et la mahométane. Ceci afin de pouvoir rétablir dans le ciel l'ordre et instituer la nouvelle Jérusalem céleste et par suite l'église de la nouvelle Jérusalem sur la terre puisque ce qui est dans le monde spirituel a sa contrepartie sur terre et inversement.
je suis persuadé que Swedenborg a vu et entendu tout ce qu'il relate sur le ciel et l'enfer (s) et a été le témoins de ce qu'il exprime.
que ce jugement ait eut lieu en 1757 , je ne suis pas assez féru d'histoire et ne connais rien de cette époque que le peu des manuels d'histoire .je ne connais du siècle des lumières que le nom. Sur le monde entier encore moins.
je continuerais plus tard ces réflexions car le temps me manque.
j'espère que l'église de la nouvelle jerusalem pour le moment en sommeil va prendre son essor et dès maintenant mon espérance est d'en être un fidèle membre.
je possède environ 70 ouvrages de Swedenborg, tous en PDF dont des index dont vous parlez.
l'apocalypse révélée en 3 tomes + des ouvrages de disciples.
vous les trouvez libres de droit et téléchargeables sur ces sites : Google books, livres mystiques (avec autorisation du cercle en côte d'or), la bibliothèque nationale de France (BnF) et un site sorti d'on ne sait ou par providence: slideshare.net
a bientôt
bertrand
morganto
 
Messages: 15
Inscription: 10 Déc 2015 21:41

Re: Jugement Dernier

Messagepar Patrick » 22 Jan 2016 17:08

Bonjour Bertrand

Je vous remercie pour votre nouveau message, toujour très riche de toutes sortes d’informations, de résumés et de questions très à propos. Je vois que votre foi en Swedenborg et ses écrits est sincère et entière. Je considère comme une grâce divine d’être éclairé par de tel enseignements.

J’aime beaucoup la nuance que vous introduisez : “ ... le dernier jugement” en date et qui en appelle peut être d'autres en cycle.” Je crois en effet que c’est important de laisser les choses ouvertes. Je ne doute pas moi-même qu’il y ait eut un véritable jugement pour les Eglises de son temps, et non plus qu’il en ait été un sincère témoin dans le monde spirituel. Il fallait que l’autocratie des Eglises et je dirai même des religions cesse, sur la terre comme au ciel, dans le monde comme dans le monde spirituel. Il fallait que les esprits s’affranchissent du dictat religieux, pour commencer à penser librement, à questionner les choses, à refonder la pensée et la connaissance. C’est ce que les philosophes des Lumières ont fait. Evoquons à ce sujet le célèbre adage de Swedenborg : “Maintenant il est permis d’entrer intellectuellement dans les mystères de la foi !”

La Nouvelle Jérusalem dont Swedenborg a eu la vision n’est pas l’Eglise Swedenborgienne, et ne le sera jamais. Elle en fait peut-être partie, comme toutes les autres Eglises ou religions, à des degrés divers. En fonction, en fait, de la qualité du lien que chaque personne qui en fait partie entretien avec le Divin, et de son niveau d’intégration dans ce que Swedenborg nomme les “terrestres”. Swedenborg va même encore plus loin, il y a plus d’hommes sur le chemein de leur transformation (régénération) en dehors des religions qu’au dedans ! C’est un avertissement sévère, la voie n’est pas une question de foi ! Foi, entendu ici au sens d’appartenance à une religion. Elle est dans le coeur et les actes, uniquement. (voir au chapitre : ”La vie, un chemin initiatique ?”, la page : “La voie”.)

Tous les hommes dont le coeur est relié à la “Source”, qui travaillent véritablement à leur propre transformation et à celle du monde, sont les seuls véritables “chrétiens”, qu’ils soient juifs, chrétiens, musulmans, ou n’importe quoi d’autre, et même “athée” ! Ce n’est donc pas une question de croyance, mais de valeur. Les valeurs qui nous animent secrètement, le lien que nous avons avec tous les pouvoirs sacrés de ce monde et de cet univers, la vie, la mort, l’amour, les autres, le Divin, etc. et cela quelle que soit l’image, ou la non image (athéisme), que nous pouvons en avoir. Ce sont les esprits de tous ces hommes qui forment ce que la tradition nomme le corps mystique du Christ, sa seule véritable Eglise sur Terre, représentée par le symbole de la “Nouvelle Jérusalem” de l’apôtre Jean et de Swedenborg.

A présent bien sûr l’Eglise swedenborgienne - on devrait mieux dire “les”, car il en existe plusieurs, toutes relativement modestes en nombre, et qui bien que totalement indépendantes n’en restent pas moins liées les unes aux autres par des liens amicaux ainsi que par divers projets communs - à aussi son sens et son rôle à jouer dans le concert des Eglises, comme dans celui de ce monde. Celui d’apporter sa spécificité et sa singularité, somme de tous ceux qui la constitue. Il faut voir la “Tradition” comme un arbre se ramifiant à l’infini, bien que chacune de ses branches en soit une sorte d’image, aucune d’entres elles ne peut prétendre être l’arbre tout entier. Quand à cette Eglise vous en êtes déjà partie et membre fidèle à n’en point douter, compte tenu de votre lien avec le Christ et avec “son humble serviteur Em. Swedenborg”.

Je vous remercie des liens précieux que vous avez join à votre message pour le téléchargement de toutes ses oeuvres au format “pdf”. Considérez cela comme un véritable trésor, car il y a encore quelques années, il était autant rare que difficile de pouvoir se procurer le moindre ouvrage de Swedenborg !

Je suis convaincu que la pensée de Swedenborg ne peut véritablement être appréhendée que d’une façon globale, sur l’ensemble de son oeuvre, à partir des index et surtout des nombreuses petites synthèses sur tous les sujets qu’il aborde. Cela n’exclu en rien une lecture continue de ses oeuvres, les deux sont complémentaires.

Il faut des années pour acquérir une bonne connaissance de Swedenborg, connaissance qui ne peut évidement se passer d’une lecture sérieuse de la Bible. Une des raison d’être de ce site est de mettre à la portée de tous ces précieuses connaissances, à commencer par la question de la “régénération” et celle de “la vie après la mort”, car rien ne peut nous concerner plus immédiatement, que ces deux grandes questions. Je vous encourage aussi à lire notre biographie illustrée, de façon à “contextualiser” la pensée et les enseignements de notre bon maître. ( La biographie et les enseignements sur la vie après la mort seront bientôt disponible sur le site au format “pdf”.)

Puis-je vous poser la question de savoir comment vous lisez ces ouvrages numérisés au format “pdf” ? Sur l’écran de votre ordinateur, sur une tablette ou une liseuse, ou les imprimez-vous pour les lire ensuite ?

Le “Cercle Swedenborg” de Lausanne à le privilège de posséder une des très rare bibliothèque “swedenborgienne” française d’Europe. Nous avons encore quelques ouvrages de Swedenborg disponible à la vente. Je pense en particulier pour vous à deux fondamentaux dans son oeuvre, une édition du “Ciel et Enfer” de Mr. Le Boys des Guays avec son index, ainsi qu’une récente et très belle édition française de “Vraie Religion Chrétienne”. C’est tellement agréable d’avoir un bon livre entre les mains !

Un dernier point, j’ai la chance de bien connaître les milieux Swedenborgiens, en Europe, en Angleterre, et aux Etats-Unis. Si vous avez besoin du moindre renseignement n’hésitez pas à me le demander.

Je prie pour qu’il vous soit donné le temps de lire, d’étudier, et de méditer le précieux héritage de cette magnifique tradition judéochrétienne et swedenborgienne. La vie spirituelle ou la vie intérieure commence par le fait de pouvoir de temps à autre “stopper le monde”, pour nous tourner vers deux choses : les enseignements et les pratiques spirituelles, K. graf Durckeim les nommait :”les exercices initiatiques”. Savez-vous méditer, faire le vide, entrer en silence, écouter le Dieu qui est au dedans de vous ?

A bientôt, et bienvenue dans le cercle des poètes libres penseurs, forgerons de ce monde.

Patrick
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Jugement Dernier

Messagepar nicolas » 01 Fév 2016 10:50

Bonjour Patrick,

Je n'ai pas encore abordé l'oeuvre de Swedenborg. Toutefois, lorsqu'on parle d'Apocalypse, ne s'agirait-il pas d'un renouveau du message divin qui détruirait les fondations de l'église, d'où l'émergence de la Nouvelle Jérusalem. La Nouvelle Jérusalem étant une foi renouvelée basée sur les valeurs éternelles divines de paix et d'amour mais adaptée à notre époque ?
nicolas
 
Messages: 21
Inscription: 01 Fév 2016 09:44

Re: Jugements Derniers !

Messagepar Patrick » 09 Fév 2016 16:38

Bonjour Nicolas

Un grand bienvenu sur ce forum des philosophes. Philosophes, entendu ici au sens de ceux qui philosophent, qui se posent des questions, qui cherchent des réponses, qui exercent leur esprit, afin d’acquérir plus qu’une connaissance, une sagesse !

Un grand merci aussi pour ce message sur un sujet aussi important, dans notre culture judéo-chrétienne, que celui de la fin des temps, du jugement dernier, et de l’avènement de la très symbolique “Nouvelle Jérusalem”.

Symbolique apocalyptique on ne peut plus actuelle de nos jours avec la question récurrente de la fin du monde ou de l’humanité, qui hante littéralement l’inconscient collectif de nos sociétés. En témoigne le nombre incroyable de romans et de films qui mettent en scène la future apocalypse, en la déclinant sur tous les modes possibles et imaginables. Evoquons aussi les diverses prophéties, du type “2012”, que les médias s’empressent d’amplifier et d’exploiter à loisir. Tout cela ne serait rien s’il n’y avait les avertissements beaucoup plus sérieux et alarmants de nos scientifiques concernant le proche avenir de notre planète et de notre humanité. Beaucoup de gens sont à présent convaincus que la “fin du monde” est proche, ou tout du moins inexorable. Cette question est donc vraiment au coeur du débat collectif de ces dernières décennies.

Il se trouve que Swedenborg a des réponses très intéressantes à apporter sur ce sujet et je crois que le moment est venu de revenir sur ces enseignements avant de débattre de ces questions.

La question du jugement dernier est d’abord omniprésente dans la Bible. De ce fait elle a naturellement trouvé chez Swedenborg de très nombreux développements tout au long de son oeuvre théologique. Le sujet y est vaste et complexe. Il y a la question des ‘jugements derniers” en regard de l’histoire de l’humanité dans la Bible, et celle du jugement dont Swedenborg aurait été témoin dans le monde spirituel en 1757. Il y a également la notion de “jugement dernier” en lien avec la vie après la mort, mais aussi avec le processus de régénération dans l’homme.

Je propose donc de développer, tour à tour, ces différents chapitres dans les courriers qui suivront. N’hésitez pas à réagir, donner votre avis, poser des questions à chaques étapes de ce petit exposé.

Swedenborg aborde le sujet très tôt dans son oeuvre, dès les premiers volumes de ses fameuses « Arcanes Célestes », en 1749-1750, il y consacre plusieurs paragraphes puis un chapitre entier (AC 2117-2133).

Voici ce qu’il nous en dit :

« Peu d’hommes savent aujourd’hui ce que c’est que le Jugement Dernier, on pense qu’il viendra avec la destruction du monde, de là les conjectures que le globe terrestre périra par le feu, et que toutes les choses qui sont dans le Monde visible périront en même temps, que ce sera seulement alors que les morts ressusciteront et se présenteront pour être jugés. On tire ces conjectures des livres prophétiques de la Parole et de l’Apocalypse de Jean, où il est fait mention d’un nouveau Ciel et d’une nouvelle Terre, et aussi d’une Nouvelle Jérusalem. Mais on est dans l’ignorance, que ces livres prophétiques signifient, dans la sens interne, absolument autre chose que ce qu’il représentent dans le sens de la lettre. Par le Ciel on n’entend pas le Ciel visible, ni par la Terre, la terre, mais qu’on entend l’Eglise du Seigneur dans le commun, et chez chacun dans le particulier. » (AC 2117)

« Il y a le Jugement Dernier dans le commun et dans le particulier. Par le Jugement Dernier dans le commun (ou en général) on entend le dernier temps de l’Eglise. Dans le particulier il y a Jugement Dernier pour chaque homme aussitôt qu’il meurt, car il passe alors dans l’autre vie où il est jugé, ou à la vie ou à la mort. » (AC 1851)

La question du “sens interne” ou “sens spirituel” des Ecrits Sacrés (la Bible) est une des grandes révélation de Swedenborg, et elle occupe une place absolument centrale dans ses enseignements. Nous y consacrerons un chapitre entier sur le site et le sur le forum un peu plus tard, car c’est un vaste chapitre qui nous détournerait tout de suite de notre sujet. La question du Jugement Dernier au niveau, non-plus collectif, mais individuel est un chapitre également important qu’il faudra aussi aborder (en attendant lire à ce sujet au chapitre : “Y-a-t-il une vie après la mort ?”, de la page d’accueil sur le site Swedenborg les trois pages : “La Lumière”, “Le Livre de Vie” et les “Les trois états de la vie après la mort”.)

« Il faut qu’on sache que par le Jugement Dernier, ou par la destruction du Ciel et de la Terre, jamais semblable chose n’a été entendue. Il en est ainsi dans le sens de la lettre, mais nullement selon le sens interne. Par le Jugement Dernier on entend le dernier temps de l’Eglise, par le Ciel et la Terre qui doivent périr, on entend l’Eglise quand au culte interne et externe, Eglise que devient nulle quand il n’y a plus aucune charité (le mot “charité” est entendu par Swedenborg dans le sens d’amour en action, de compassion active, d’empathie altruiste, etc.) » (AC 1850)

Ces images symbloliques de la destruction de la Terre et du Ciel dans l’Apocalypse ne signifie donc en rien la destruction de ce monde mais, dans le sens interne, celle du “culte”, c’est à dire du lien d’âme, de coeur et de vie que l’homme entretien avec le Divin.

Swedenborg continu :

« Il y a eu un Jugement Dernier pour la Très-Ancienne Eglise avec le Déluge. Il y eut alors destruction du Ciel et de la Terre, c’est à dire de l’Eglise, et création d’un nouveau Ciel et d’une nouvelle Terre, c’est à dire d’une Nouvelle Eglise, qui fut appelée l’Eglise Ancienne. Cette Eglise eut de même son dernier temps, ce qui arriva vers le temps d’Eber, ce fut le Jugement dernier de cette Eglise, le nouveau Ciel et la nouvelle Terre qui furent alors créés, ce fut l’Eglise Hébraïque. Son jugement arriva quand les Dix Tribus furent emmenées en captivité. Il fut ensuite suscité, chez les descendants de Jacob, une nouvelle Eglise, qui fut appelée Eglise Judaïque. Le dernier temps de cette Eglise ou son Jugement Dernier, arriva quand le Christ vint dans le monde et que les juifs furent chassés de la terre de Canaan et dispersé sur tout le globe. Après la destruction de Jérusalem, il fut créé un nouveau Ciel et une Nouvelle Terre, c’est-à-dire une nouvelle Eglise nommée l’Eglise Primitive. La destruction de cette Eglise a été prédite dans les évangiles et l’Apocalypse, c’est cette destruction qui y est nommée le Jugement Dernier. » (AC 1850, AC 2118)

On comprends mieux à présent que le thème du Jugement Dernier dans le Nouveau Testament représente d’une façon symbolique, plus spécifiquement la destruction de ce qu’il nomme l’Eglise Primitive, et qu’il devient, de ce fait, l’archétype de toute fin de cycle historique. Une histoire abordée ici à travers la grande épopée biblique et surtout les grands cycles spirituels de l’humanité qui en sous-tendent le récit.

Pour Swedenborg l’histoire de l’humanité se structure donc essentiellement autour de la question de son lien avec le Divin et les pouvoirs sacrés de cette vie et de ce monde, selon un schéma de renouvellement cyclique qui se développe depuis le nuit des temps jusqu’à nos jours. Chaque cycle commence par une nouvelle création, puis, après une phase d’apothéose, par une perte progressive du lien et de l’esprit initial, qui entraîne finalement un jugement et une dévastation, auxquels succède ensuite une re-création. L’ensemble de ses cycles historiques qu’il nomme ici Très-Ancienne Eglise, Ancienne Eglise, Eglise Hébraïque, Eglise Judaïque, puis Eglise Primitive et Chrétienteté, développent à leur tour dans leur ensemble, un seul grand cycle qui commence avec le récit symbolique de la création et du jardin d’Eden au début de la Genèse (premier livre de la bible), pour s’achever symboliquement avec le retour du Christ et la descente de la Nouvelle Jérusalem à la fin de l’Apocalypse (dernier livre de la Bible). Je vous renvoi à une lecture plus complète des chapitres précités pour avoir plus de détails sur la nature de ces différentes “Eglises” ou cycles spirituels de l’humanité.

Il précise encore plus loin :

« Ce qui est entendu dans l’Apocalypse de Jean par - la Mer et les Flots qui se retirent, le soleil qui s’obscurci, la lune qui ne donne plus de lumière, les étoiles qui tombent, les nations qui s’élèvent les unes contre les autres, la destruction de ce monde, la création d’un nouveau Ciel et d’une nouvelle Terre, ainsi que la descente de la Nouvelle Jérusalem - traite du Jugement Dernier de l’Eglise actuelle, qu’on nomme Eglise Chrétienne. » (AC 2118-2121)

« Que le Jugement dernier soit près d’arriver, c’est ce qu’on peut ne pas voir sur la terre, au-dedans de l’Eglise, aussi bien que dans l’autre vie, où toutes les âmes viennent ensemble. Ce Monde des esprits est aujourd’hui rempli de mauvais esprits qui viennent surtout de la Chrétienté, et il ne règne entre eux que haines, vengeances, cruautés, obscénités et machinations perfides. Non-seulement le Monde des Esprits, où affluent les âmes récemment sorties du monde, se trouve dans cet état, mais il en est de même de la sphère intérieure du monde. Les âmes qui viennent du monde, et en outre les esprits qui sont chez l’homme, sont horriblement infestés par ces multitudes de mauvais esprits, et à tel point que les anges qui sont chez lui ne peuvent plus qu’à peine influer de très loin chez lui. Daprès ce qui vient d’être dit, ont peut voir clairement, dans l’autre vie, que les derniers temps sont proches. » (AC 2121)

« Quand à ce qui concerne plus spécialement les âmes récemment arrivés du monde, celles qui viennent de la Chrétienteté, elles n’ont à peine d’autres pensées ni d’autres projets que d’être les plus grands, et de tout posséder, tant tous ses esprits sont remplis de l’amour de soi et de l’amour du monde (recherche de pouvoir, richesse, etc.). Quand le mal commence à prévaloir ainsi et que l’équilibre commence à pencher du côté du mal, on perçoit alors clairement que le dernier temps est proche, et que l’équilibre va bientôt se rétablir. » (AC 2122)

Il continu encore plus loin :

« Que le dernier temps approche, on en a encore une preuve dans l’autre vie, en ce que tout bien qui influe du Divin par le Ciel dans le Monde des esprits, y est à l’instant changé en mal, et que tout vrai y est à l’instant changé en faux, ainsi l’amour mutuel en haine, la sincérité en fourberie, et ainsi du reste. Pareille chose retombe sur l’homme que gouvernent les esprits avec lesquels, ceux qui sont dans ce monde, ont communication. Une longue expérience me l’a très bien fait connaître, et si je l’exposais tout entière, je remplirais un grand nombre de pages. » (AC 2123)

Il importe de replacer ce constat très critique sur l’état de la chrétienteté, dans le contexte des différentes Eglises de son temps. C’est, à ma connaissance, le première fois que Swedenborg mentionne dans son oeuvre l’imminence de ce qu’il nomme “les derniers temps” et c’est de cet état de fait que découlera, sept ans plus tard, le fameux “Jugement Dernier” dont il dira être le témoin privilégié dans le monde des esprits. Mais ceci est un autre chapitre que nous développerons dans le prochain courrier, et qui nous permettra de répondre plus précisément à votre question sur “la destruction des fondations de l’Eglise et l’émergeance de la Nouvelle Jérusalem”.

En attendant, n’hésitez pas à poster reactions et questions.

Nicolas, tout avec vous dans cette quête du graal de lumière !

Patrick
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Jugement Dernier

Messagepar morganto » 17 Fév 2016 01:09

bonsoir Patrick et bienvenue à nicolas

concernant la descente de la Nouvelle Jérusalem sur terre, à ce moment ma perception , bien qu'incomplète et en abrégeant et est celle ci; je l'ai lue dans "l'appel" de s.Noble et je suis en accord avec :

ce serait que La descente de la nouvelle Jerusalem signifie le rétablissement de la véritable connaissance des sujets divins ou des doctrines pures de la Parole de Dieu, et leur influence sur le coeur : En d'autrcs termes, que c'est la renaissance de la vraie Eglise du Seigneur chez les humains, et c’est ce qui est entendu par la manifestation de la Nouvelle Jérusalem.
Selon la sublimité du langage prophétique, toute la constitution civile et ecclésiastique de la nation sera non-seulement ébranlée, mais entièrement dissoute.
Une Nouvelle Jérusalem ne peut signifier autre chose non plus qu'une Nouvelle église accompagnés de la formation (sans destruction)d'un nouveau ciel et d'une nouvelle terre, pour indiquer I ‘entière nouveauté de I ‘Eglise quant à la vie intérieure et au langage extérieur, aux principes intérieurs et à la pratique extérieure, toutes les persuasions corrompues et tous les maux qui ont perverti les précédentes Eglises étant entièrement dissipées ou éloignés.

Vous avez raison de me dire que je dois lire la Sainte Bible, car entre mon baptême à la naissance en 1956 et la révélation Christique qui m'a laissé comme foudroyé et liquéfié sur place en mai 2012, je n'ai jamais eût aucune éducation ni instruction religieuse quelle qu'elle soit et ne connaît que quelques bribes insignifiantes de la Bible.
vous me demandez si je sais "méditer faire le vide, entrer en silence, écouter le Dieu qui est au dedans de vous ?" et bien non, je ne connaît pas d'exercices initiatiques; simplement comme des méditations instantanées, pendant lesquelles je suis très loin , mais je ne sais où , car dans ces moments là rien ne vient parasiter mon esprit et se forment comme des révélations où des vérités s'éclairent, mais c'est incomplet car difficile à exprimer. J'ai fait un peu de lectio divina également.
il me semble que nous soyons tous frères en Christ et que notre âme et comme un diamant ou un prisme dont la lumière est l'amour, et qu'à mesure que cette chaleur de l'amour grandit en nous la flamme donc la lumière elle aussi grandit et éclaire les vérités ; ainsi la sagesse et l'amour , le vrai et le bien ne vont pas l'un sans l'autre; le souffle attise le feu, l'amour grandit avec la lumière et le flux qui en procède et le bien en action ou bien de la vie, celui qui est charité, celui qui est l'amour du prochain pour Dieu notre Seigneur tout puissant, et donc l'amour de Dieu, car qui aime Dieu aime son prochain et inversement et qui ne s'offre pas entièrement et n'offre pas tout au Seigneur en permanence n'aime ni Dieu ni son prochain mais s'aime lui-même et le monde. Tout ce qui est amour et vérité et donc la vie même vient du Seigneur et tout ce que nous faisons comme par nous même en bien et vrai procède en fait du Seigneur car provenant du mal héréditaire, de nous même en propre nous ne pouvons qu'être enclin au mal.
mais l'amour propre, l'orgueil, la fausse humilité, le pseudo mépris de soi, font que je m'égare peut être dans mes propos en supercheries et illusions qui n'auraient pour finalité que de me prendre moi-même dans mes bras et de me bercer d'illusion, plein d'amour pour moi-même, au sein même du berceau des enfers, car:
je suis actuellement dans de grands et violents combats; je n'ai pas de répit ; comme dans un nuage obscur d'inconnaissance et de néant, de violentes tentations m'assaillent dans un désert de sécheresse ou tout est dissous ; il me semble souvent que tout mon intérieur s'effondre sur lui-même; je persévère et combat mais quelquefois je succombe. Quelque fois une délicieuse chaleur vient me réconforter un instant; mon épouse me dit que je suis présent en étant absent et quelques fois de délicieux parfums de fleurs aromatique flottent chez moi .
toute lecture m'est difficile car des pensées intruses viennent tout parasiter et il y a comme une force contraire qui me repousse de la lecture
voilà depuis presque un mois dans un ambiance d'incompréhension de tout, mêlée parfois de désespoir et bien d'autres choses encore. un peu comme la nuit obscure de jean de la croix ou le combat que j'ai lu récemment sur votre site.
je crois que c'est nécessaire pour moi et je dois combattre toutes ces tentations de vices qui sont maux et pêchers dans la persévérance, la patiente, la discrétion, l'espérance et dans l'amour jusqu'à délivrance, car d'autres combats s'en suivrons. J'en ai connu d'autres, mais ceux là sont particulièrement violents: ténèbres, tempêtes, chocs frontaux de raz de marées...j'en ai même déclaré un zona à la nuque et des éruptions cutanées sur les bras.

il est vrai qu'étant seul dans ma quête j'aurais aimé rencontrer dans mon entourage d'autre disciples de l'église de la Nouvelle Jérusalem, mais habitant à quelques km de Nancy, je n'y connaît personne.

pour vous répondre je lis les PDF sur mon PC, mais évidemment je préfère mille fois le support papier, mais on trouve peu de livre de Swedenborg sur le web ou bien si mais ils sont en général très cher.je viens de trouver des livres en pdf de Byse, noble,humman,lorber (ouvrage curieux sur le soleil spirituel), chazal,richer;

je suis très intéressé par votre proposition d'ouvrage papier, "le ciel et l'enfer" et "la vrai religion chrétienne" mais je ne connaît pas la procédure d'achat, n'ayant rien trouvé en ce sens sur votre site.si vous pouviez me l'indiquer, merci

bonsoir
morganto
 
Messages: 15
Inscription: 10 Déc 2015 21:41

Re: Le dernier Jugement Dernier

Messagepar Patrick » 12 Mar 2016 16:45

Chers amis

Nous avons vu la dernière fois que Swedenborg avait une lecture de l’histoire de l’humanité enracinée dans un récit biblique interprété comme une allégorie de son évolution. Une histoire centrée sur le lien qui relie l’humanité au sacré et au Divin. Ce grand cycle de l’humanité se développe en plusieurs grandes périodes qui s’inscrivent dans un vaste mouvement d’ensemble. Dans sa vision, de l’époque, symboliquement décrite par le jardin d’Eden, jusqu’à la naissance du Christ, il y a un processus involutif qui représente une perte progressive (par palier) du lien initial et premier avec le Divin. A partir de l’incarnation du Christ en tant que “Logos”, “Souffle de vie incarné”, “Lumière de l’esprit en parole”, et donc “Parole divine”, s’amorce un deuxième mouvement de remontée évolutive que développe la prophétique de l’Apocalypse de Jean, et dont la “descente de la Nouvelle Jérusalem céleste”, “cité de Dieu avec les hommes”, marque le point d’accomplissement ultime. Une remontée qui passe aussi par de nombreuses nouvelles chutes et nouveaux points culminants, que développe le scénario apocalyptique de Jean.

Il faut retenir que pour Swedenborg l’histoire biblique est avant tout “symbolique”, thèse que la recherche dans le domaine des sciences bibliques tend aujourd’hui à démontrer. De ce point de vue par exemple le mythe génésique de la chute, qui fait passer l’homme du statut de “gardien du jardin de la création” à celui “de jardinier de la terre”, serait une expression mythologique du passage de l’économie de chasse et de cueillette à celle de l’élevage et de l’agriculture, qui a marqué la révolution néolithique. Le mythe de Caien et Abel symboliserait à son tour le passage d’une économie pastorale primitive et nomade à une économie agricole sédentaire, etc.

Il va de soi que Swedenborg, qui a accès au sens interne de ces textes sacrés, va beaucoup plus loin, et qu’il donne des indications qui relèvent tout de suite d’un autre ordre. Il faudra, à l’occasion, développer davantage le vaste scénario des différentes ères, que Swedenborg nomme “Eglises”, qui ne manque ni d’intérêts ni d’interrogations fructueuses, mais nous verrons cela plus tard.

Nous avons vu que la question du jugement traverse littéralement toute l’oeuvre de Swedenborg. Dans la volumineuse concordance de Poots, en 6 gros volumes, on trouve 12 pages de références sous “Jugement”, et pas moins de 56 pages sous “Jugement Dernier” ! Toutefois dans son tout dernier ouvrage, “Vraie Religion Chrétienne”, il renvoit plusieurs fois à deux petits traités :

« Que le Jugement Dernier ait été fait dans le monde spirituel dans l’année 1757, c’est ce qui a été montré dans l’Opuscule sur le “Jugement Dernier”, publié à Londres en 1758, et dans la “Continuation sur le Jugement”, publiée à Amsterdam en 1763; je l’atteste, parce que je l’ai vu de mes propres yeux en pleine veille. »

Voici le titre complet du premier opuscule en question :

« Du Jugement Dernier et de la Babylone détruite ; ainsi que tout ce qui a été prédit dans l'Apocalypse, et qui est aujourd'hui accompli. D'après ce qui a été vu et entendu. », Londres, 1758.

« Dans le monde Chrétien on ignore absolument que le Ciel et l’Enfer proviennent du genre humain. On croit en effet que les anges ont été créés dès le commencement, et que de là est résulté le Ciel ; et que le diable ou Satan a été un ange de lumière, mais qu’étant devenu rebelle, il a été précipité avec sa troupe, et que de là est résulté l’Enfer. (...) .Si l’homme de l’Eglise est dans une telle croyance c’est parce qu’il croit qu’aucun homme ne vient dans le Ciel ou dans l’Enfer avant le temps du Jugement dernier, au sujet duquel il a pris cette opinion, que toutes les choses qui sont devant les yeux doivent alors périr ; qu’il en existera de nouvelles ; qu’alors l’âme doit revenir dans son corps, et que par cette conjonction que l’homme vivra une seconde fois homme.

Pour que l’homme soit convaincu qu’il n’en est pas ainsi, il m’a été donné d’avoir société avec les anges, et ainsi de parler avec ceux qui sont dans l’enfer, et cela maintenant depuis plusieurs années, parfois continuellement depuis le matin jusqu’au soir, et ainsi d’être instruit au sujet du Ciel et de l’enfer. Cela m’a été donné, afin que l’homme ne persiste plus dans cette foi erronée sur la résurrection au temps du Jugement Dernier. Laquelle foi porte au doute et enfin à la négation chez ceux qui pensent sur les choses d’après leur propre intelligence (leur propre raison).

En effet , ils disent dans leur coeur : Comment un ciel si grand, avec tant d’étoiles, le soleil et la lune, pourraient-ils être détruit ? Comment les étoiles pourraient-elles tomber du ciel sur la Terre, elles qui sont tellement plus grandes que la Terre ? Comment des corps rongés par les vers, consumés par la pourriture, et dispersés par tous les vents, pourraient-ils être rassemblés vers leur âme ? Et où est l’âme en attendant ce moment ? Outre plusieurs choses semblables, qui, parce qu’elles sont incompréhensibles, détruisent chez plusieurs la foi dans la vie éternelle de l’homme, dans le Ciel et dans l’enfer, et plusieurs autres points qui appartiennent à la foi chrétienne. » (JD 15)

Le cadre est posé avec brio, les arguments sont clairs et percutants. Swedenborg dresse un rapide “état des lieux”, assoit son expérience de vision spirituelle avec autorité, et s’attache d’emblée à démystifier tout un corps de croyances séculaires, autant obsolettes qu’irrationnelles, pour nous révéler une autre réalité, bien plus compréhensible et évidente.

Ces croyances, nous dit-il, sont le fruit d’une lecture et d’une interprétation de l’imagerie biblique bien trop littérale. Le langage de la Bible est avant tout symbolique, et il ne peut réellement être compris qu’à la lueur de son sens spirituel :

« Mais comme personne n’avait encore su que dans toutes et dans chacune des choses de la Parole il y a un sens spirituel, ni même ce que c’est que le sens spirituel, ceux qui ont adopté cette opinion sur le Jugement Dernier sont pour cela même excusables. Néanmoins, qu’ils sachent maintenant que le ciel visible aux yeux ne sera point détruit, et la Terre habitable non plus, mais qu’ils resteront l’un et l’autre ; et que par le Nouveau Ciel et la Nouvelle Terre il a été entendu une nouvelle Eglise, tant dans les Cieux que dans les Terres. » (JD 1)

Swedenborg est formel sur ce point il n’y aura jamais destruction de notre Terre et encore moins du ciel sidéral, il n’y aura jamais aucune fin du monde ! C’est un mythe qui représente autre chose, parce qu’il fait référence à un autre plan de réalité.

Swedenborg a des arguments étonnants pour justifier cette assertion :

« Que les générations du genre humain doivent se continuer à éternité, on peut le voir d’après plusieurs raisons, principalement d’après celles-ci : que le genre humain est la base sur laquelle est fondée le Ciel, et qu’il est la pépinière du Ciel. » (JD 7)

De nos jours, cela vient plutôt en contradiction avec les sciences astrophysiques qui nous disent qu’une fois que notre soleil aura consommé tous son carburant il se dilatera avant de s’effondrer sur lui-même, entraînant dans sa chute tout son système planétaire dont la Terre. Cela ne devrait toutefois pas avoir lieu avant 5 ou 6 milliards d’années. Lorsque l’on considère que “homo sapiens sapiens” n’a que cent mille ans et la civilisation dix mille, sur une échelle de distance de 6000 kilomètres, “sapiens” n’y mesure que 100 mètres, l’invention de l’agiculture et de l’écriture 10 mètres. Cela nous laisse encore pas mal de temps !

Beaucoup de scientifiques pensent qu’avec le dérèglement climatique et la nouvelle extinction massive des espèces, sans parler de toutes les autres menaces, la survie de l’humanité est condamnée à moyen terme. Ce n’est certainement pas impossible, mais si l’on considère toutes les crises évolutives à travers lesquelles l’humanité est déjà passée, on peut raisonnablement penser que nous n’avons peut-être pas encore dit notre dernier mot.

Il n’y a donc ici aucune raison de faire du catastrophisme, la fin du monde n’aura jamais lieu, et cela d’autant que pour Swedenborg, elle a déjà eu lieu ! :

« Toutes les choses qui ont été prédites dans l’Apocalypse, et qui y sont contenues dans le sens spirituel, sont aujourd’hui accomplies. » (JD 40, 44)

« Le Jugement Dernier a lieu quand arrive la fin de l’Eglise (par le terme d’Eglise, Swedenborg entend ici un cycle entier de civilisation, conditionnée par une “économie du sacré” particulière), et c’est la fin de l’Eglise lorsque l’équilibre entre le Ciel et l’enfer commence à faillir, et avec cet équilibre le “Libre” de l’homme, et quand le Libre de l’homme est détruit, l’homme ne peut plus être régénéré. En effet, tout Libre de l’homme vient de l’équilibre entre Ciel et enfer en lui. Privé de ce Libre il est alors (naturellement) porté vers l’enfer, et il ne peut plus être conduit par le Libre vers le Ciel. » (JD 33)

« Le Jugement Dernier vient d’avoir lieu dans le monde spirituel et il m’a été donné de voir de mes yeux toutes ces choses, afin que je puisse les attester. Ce jugement Dernier a commencé dans les premiers jours de l’année précédente, 1757, et a été pleinement accompli à la fin de cette même année. Ainsi toutes choses ont été remises dans l’ordre, et par là l’Equilibre spirituel qui existe entre le bien et le mal, le Ciel et l’enfer, a été rétabli. » (JD 45)

« Mais il faut qu’on sache que le Jugement Dernier a été fait sur ceux qui ont vécu depuis le temps du Christ jusqu’à ce jour, et non sur ceux qui ont vécu auparavant. En effet, sur cette Terre le Jugement Dernier avait eu lieu précédemment deux fois. L’un de ces jugements est décrit dans la Bible par le Déluge, l’autre a été accompli par le Christ lui-même lorsqu’il était dans le monde. » (JD 46)

On voit encore clairement ici qu’il n’y a pas un Jugement Dernier, mais des Jugements Derniers successifs qui rythment chaque grand cycle d’histoire et de civilisation.

Revenons à présent sur les détails de ce Jugement Dernier dont Swedenborg nous dit avoir été le témoin assermenté :

« La manière dont ce Jugement Dernier a été fait ne peut pas être décrit avec détails dans cet Opuscule, parce qu’il y a un très grand nombre de choses à exposer, mais elles seront décrites dans l’explication sur l’Apocalypse. En effet, le Jugement a été fait non-seulement sur tous ceux qui étaient de l’Eglise Chrétienne, mais aussi sur toutes les nations qui sont sur ce Globe. » (JD 47)

Il avait déjà annoncé que cette explication de l’Apocalypse serait rendue publique dans deux ans, (JD 42). Il rédigera effectivement, au cours des trois années 1757-1759, une “Apocalypse Expliquée” en quatre gros volumes qu’il ne publiera jamais. Il ne publiera une “Apocalypse Révélée” en deux volumes, entièrement refondée, qu’une dizaine d’années plus tard (1766). Cet ouvrage sera une des oeuvres majeures de sa période théologique. Comme ses “Arcanes Célestes”, pour les textes de la Génèse et de l’Exode (les deux premiers livres de la Bible), son “Apocalypse Révélée” (le dernier livre de la Bible) sont les deux grands ouvrages exégétiques de son oeuvre. Ils sont censés développer de façon systématique le sens interne ou spirituel de ces textes. Censé, car comme à son accoutumé, quand Swedenborg dit qu’il va développer un sujet il se met à parler d’autres choses, pour développer ailleurs le dit sujet, à un endroit où l’on ne l’attendait pas, d’où l’importance des index. Cette parenthèse faite, revenons à présent à notre petit opuscule. Ce jugement s’est opéré d’au moins deux façons différentes, individuellement d’abord et collectivement ensuite.

« Le Jugement Dernier vient d’être fait, non dans les Terres mais dans le monde spirituel, ou les méchants ont été jetés dans les enfers, et les bons élevés dans le Ciel, et qu’ainsi toutes les choses ont été remises dans l’ordre, et que par là, l’Equilibre spirituel qui existe entre le bien et le mal, entre le Ciel et l’enfer, a été rétabli. » (JD 45)

« Il y a eu des ordinations de toutes les nations et de tous les peuples, sur lesquels il y a eu Jugement dans le monde spirituel. Ces ordinations se sont faites selon les quatre plages, qui dans la Parole sont appelées les quatre Vents (les quatre directions ou régions cardinales) Ces ordinations des nations, selon les plages, sont conformes à la commune faculté de chacune de recevoir les divins vrais. C’est pourquoi, dans le monde spirituel, chaque société est connue par la plage et par le lieu de la plage où il habite. » (JD 48, 49)

Je passerai sur les descriptions que Swedenborg fait de ce gigantesque “remaniement” dans ce monde intermédiaire entre les Cieux et les enfers, et qu’il nomme le “Premier Ciel”. Elles occupent quasiment tous les chapitres qui suivent jusqu’à la fin de l’opuscule. Les scènes qu’il décrit font penser aux tableaux de Brugel l’Ancien ou de Jérôme Bosch, je suppose que cela doit sembler assez surréaliste pour un néophyte. On ne peut s’empêcher de penser aux scènes de Jugement Dernier dans l’imagerie médiévale. Notons aussi qu’il y parle aussi régulièrement de la question de la vie après la mort et de divers autres sujets. Ce qui nous intéresse ici se trouve à la fin de son petit traité :

« L’Etat du Monde dorénavant sera absolument semblable à ce qu’il a été jusqu’à présent, car ce grand changement qui a été fait dans le monde spirituel, n’introduit aucun changement dans le monde naturel quant à la forme externe. C’est pourquoi il y a dorénavant des choses civiles comme auparavant, il y aura des paix, des alliances et des guerres, et tout ce qui concerne les sociétés en général et en particulier. Quant à ce qui concerne l’état de l’Eglise, c’est lui qui ne sera plus dorénavant semblable. Il sera semblable, il est vrai, quant à l’appartenance externe, les Eglises seront divisées comme auparavant leurs doctrines seront enseignées comme auparavant, de même que les religions chez les nations, mais l’homme de l’Eglise sera dorénavant dans un état plus libre de penser sur les choses de la foi, ainsi sur les spirituels, parce que le Libre spirituel à été rétabli dans l’homme.

Comme le Libre spirituel a été rétabli dans l’homme, c’est pour cela que le sens spirituel de la Parole vient d’être découvert (dévoilé) et que par là les Divins Vrais intérieurs ont été révélés. » (JD 73)

Dans le dernier petit chapitre qui suit, il reprend, en guise de conclusion :

« J’ai eu plusieurs conversations avec les anges sur l’état de l’Eglise dorénavant, ils m’ont dit qu’ils ne connaissaient pas l’avenir, parce que savoir l’avenir appartient au Divin seul, mais qu’ils savaient que cet esclavage et cette captivité dans lesquels étaient précédemment l’homme de l’Eglise, ont été enlevés. Que maintenant, d’après le Libre qui lui a été rendu, il peut mieux percevoir les vérités intérieures s’il veut les percevoir, et ainsi devenir intérieur s’il veut le devenir. » (JD 74)

« Depuis ce jugement, dira-t-il plus loin, tout homme qui veut être illustré (c’est-à-dire enseigné de l’intérieur à travers les choses extérieures) et devenir sage, le peut. » (DP 263)

Il reviendra tout au long de son oeuvre sur ces nombreux points pour les expliciter toujours davantage. Revenons à présent sur les deux sujets postés par Nicolas et Bertrand.

Celui de Nicolas pour commencer :

“ Lorsqu'on parle d'Apocalypse, ne s'agirait-il pas d'un renouveau du message divin qui détruirait les fondations de l'église, d'où l'émergence de la Nouvelle Jérusalem. La Nouvelle Jérusalem étant une foi renouvelée basée sur les valeurs éternelles divines de paix et d'amour mais adaptée à notre époque ? ”

Dans la perspective de Swedenborg il ne s’agit donc pas tant d’un renouveau du message Divin que d’un renouvellement de notre capacité à l’appréhender, ce qui n’implique pas tant une destruction des fondations de l’Eglise, qu’un renouveau dans la façon de vivre la foi dans l’Eglise. Ce renouvellement spirituel de l’humanité est autant effectif à l’intérieur qu’à l’extérieur des Eglises et des religions. Oui, pour Swedenborg, le symbole de la Nouvelle Jérusalem est avant tout celui d’une humanité plus directement et plus intimement “connectée” avec les enseignements de vie, avec le monde spirituel et avec le Divin lui-même, quelle que soit “l’adaptation à l’époque” ou non, et plus généralement quelle que soit la forme extérieure que cela puisse prendre. Son message déborde donc très largement le cadre des Eglises et des religions, il renvoit chacun aux valeurs intérieures qui nous animent, et il est en cela étonnement universel !

Celui de Bertrand à présent :

“ Ce serait que la descente de la nouvelle Jérusalem signifie le rétablissement de la véritable connaissance des sujets divins ou des doctrines pures de la Parole de Dieu, et leur influence sur le coeur. En d'autrcs termes, que c'est la renaissance de la vraie Eglise du Seigneur chez les humains, et c’est ce qui est entendu par la manifestation de la Nouvelle Jérusalem. Selon la sublimité du langage prophétique, toute la constitution civile et ecclésiastique de la nation sera non-seulement ébranlée, mais entièrement dissoute. Une Nouvelle Jérusalem ne peut signifier autre chose non plus qu'une Nouvelle Eglise accompagnée de la formation (sans destruction) d'un nouveau Ciel et d'une nouvelle Terre, pour indiquer l‘entière nouveauté de l’Eglise quant à la vie intérieure et au langage extérieur, aux principes intérieurs et à la pratique extérieure, toutes les persuasions corrompues et tous les maux qui ont perverti les précédentes Eglises étant entièrement dissipés ou éloignés.”

“Que la descente de la nouvelle Jérusalem signifie le rétablissement de la véritable connaissance”, oui, mais disons plutôt que cette nouvelle connaissance découle spontanément de cette nouvelle liberté, et de cette nouvelle ouverture du coeur et de l’esprit à laquelle elle peut donner accès, et qui à fait passer l’homme de l’Eglise ou de la religion externes, à l’Eglise spirituelle, universelle et éternelle. Eglise spirituelle qui est le corps mystique du Christ, le Christ non plus seulement historique mais “cosmique” (archétypale). Cette “Eglise universelle” encore symbolisée par la Nouvelle Jérusalem, est, et restera absolument et définitivement “invisible pour les yeux”. Car elle est constituée par la communauté d’âmes et d’esprits de tous ceux qui dans ce monde sont en lien avec la Source Divine, et ceci quelque soit la forme, le visage et le nom qu’elle puisse prendre pour eux. En ce sens il n’y a pas une connaissance, mais autant de connaissances qu’il existe de chemins qui y mènent. Et la seule véritable connaissance est celle qui est formé par l’ensemble de toutes ces connaissances réunies et unifiées entre elles.

On peut dire en cela que la vision de Swedenborg nous fait transcender les limites de l’histoire et du monde pour en révélé la face cachée, les essentiels, afin de nous inviter à nous centrer et nous enraciner en eux. C’est en cela que sa pensée est à proprement parlé initiatique (initiatique : qui introduit, ou qui fait passer, dans le mystère.)

Bertrand, dans la vision de Swedenborg donc “la constitution civile et ecclésiastique de la nation” ne sera ni plus ni moins ébranlée qu’auparavant et certainement jamais tout à fait dissoute, et malheureusement, “toutes les persuasions corrompues et tous les maux qui ont perverti les précédentes Eglises” ne seront jamais entièrement dissipés ou éloignés, pour la simple raison qu’ils sont le terreau sur lequel croît continuellement, en positif et en négatif, l’Eglise spirituelle.

Après avoir développé les notions de Jugements Derniers à travers l’histoire spirituelle de l’humanité et la question du Jugement Dernier dont Swedenborg aurait été le témoin assermenté en 1757, nous aborderons une prochaine fois la question du “Jugement Dernier” non plus en général mais en particulier. En regard donc avec la régénération de l’homme et ce que Swedenborg nomme “les fermentations spirituelles”, ainsi qu’avec la vie après la mort et ce qu’il nomme “le processus de dépouillement des externes”.

Votre témoignage, Bertrand, illustre parfaitement ces processus de fermentations, de vastations et de renaissances intérieures dont parle si bien Swedenborg. Après les premières expériences d’éveil intérieur, suit généralement un état de grâce. Il y a une sorte de montée de la conscience vers la supraconscience et la lumière spirituelle, qui répond à cette providentielle descente de la lumière Divine en nous. Mais cet état de grâce ne dure qu’un temps. Bientôt l’ombre de tout ce qui doit mourir en nous (ce que Swedenborg nomme le vieil homme ou l’homme naturel) se révolte et cherche par tous les moyens à s’opposer à ce grand retournement qui va engendrer de nombreux changements. Dans ces périodes de crises intérieures il faut tenir bon et ne jamais déroger à la voie intérieure qui s’ouvre devant nous, d’abord comme un sentier étroit, abrupte, tortueux et parfois vertigineux. Il faut sans cesse “persévérer dans les petites choses” avec sincérité, humilité et patience, car le Ciel ne grandit en nous que de cette façon. Sincérité, fidélité et tempérance en toutes choses sont les trois vertus requises. Arrive alors le moment ou les “esprits guides” viennent à notre rencontre pour nous prendre par la main et nous conduire. Après nous avoir longuement éprouvé dans le temps, et à travers cela préparé, vient le temps où le Divin nous donne la vision absolue, définitive, qui fait de nous des connaissants. Commence alors un deuxième chemin ... Ne vous découragez donc surtout pas, ce qui vous arrive est le signe au contraire que le Divin vous appelle à la grande transformation ! Vous êtes dans les douleurs de l’enfantement à vous-mêmes, à l’homme spirituel qui est en vous, aussi, malgré la confusion, les souffrances, l’angoisse et la dépression que cela engendre, sachez que c’est une grande nouvelle, et la promesse d’une délivrance future

Pour les temps d’études, c’est-à-dire de lecture et de réflexion personnelle, un petit peu régulièrement vaut bien mieux que beaucoup trop vite. Il importe de savoir que les connaissances dont nous faisons l’acquisition ne valent que pour la réflexions que l’on s’en fait et la façon dont on les incorpore en soi et dans nos vies. Lire un peu, noter ce qui paraît important, c’est souvent une bonne aide pour mémoriser, méditer en soi ces choses, noter questions et reflexions sur un cahier dédié. Deux à trois heures par semaine est un bon début, et mieux vaut une heure que rien.

Pour les pratiques spirituelles ou exercices initiatiques, il est difficile voir impossible de les transmettre seulement par écrit, elles ne peuvent être le fait que d’une transmission orale, “in vivo”. Une des meilleures pratiques de base est certainement l’exercice de la méditation, qui implique trois fondamentaux : l’assise, la respiration et la concentration. Par “concentration” il est entendu l’attitude intérieure qui prédispose à l’expérience d’éveil et de vision intérieure. Contrairement à ce que l’on croit généralement, le Christ donne un grand nombre d’enseignements sur la méditation dans les évangiles. Je peux développer ces enseignements et vous donner quelques indications concernant la pratique de cette méditation, si vous le souhaitez.

Je vous remercie beaucoup pour les renseignements que vous m’avez donnés concernant votre lecture des écrits. J’ai été très surpris d’apprendre que vous aviez encore trouvé des ouvrages de Byse, Noble, Humman, Lorber, De Chazal, et Richer, au format pdf sur le Net. C’est une deuxième bonne nouvelle, car nombre de ces ouvrages étaient il y a encore peu quasiment perdus, je serais vraiment intéressé à avoir les liens vers ces sites de téléchargement.

Par ailleurs, je ne sais pas si je puis oser vous demander de me transmettre à l’occasion ce que vous avez sur Swedenborg et sa littérature collatérale en pdf, sur une clé usb que je pourrai vous envoyer ? Ce n’est pas que je ne puisse pas aller les télécharger moi-même sur le Web, mais simplement que je suis très occupé, en particulier avec tous les travaux de finition sur le site Swedenborg. Je vous ferai parvenir la liste des livres disponibles à la vente dès que possible.

Nicolas, Bertrand, j’espère que la notion de Jugement Dernier chez Swedenborg s’éclaire progressivement pour vous. Tout cela pose évidemment de très nombreuses questions et soulève aussi de nombreux points critiques. N’hésitez pas, en attendant le prochain chapitre sur le sujet, à poster vos réflexions, afin que nous puissions philosopher ensemble (“philosopher”, au sens de pratiquer la “sophia”, la sagesse), une petite confrérie en résultera certainement.

En attendant je pense bien à vous, et vous médite dans la lumière.

Patrick
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Re: Jugement Dernier

Messagepar nicolas » 17 Mar 2016 16:21

Bien cher Patrick,

Merci pour votre très riche réponse.

A mon sens, par la nouvelle Jérusalem, il faut comprendre la Loi de Dieu qui descend du ciel.

Je pense que l’on peut faire un lien entre la seconde venue du Christ et la citation « et que par le Nouveau Ciel et la Nouvelle Terre il a été entendu une nouvelle Eglise, tant dans les Cieux que dans les Terres. » (JD 1)
Par la seconde venue du Christ, il faut entendre non pas la venue du Christ dans sa personne, mais plutôt comme le retour du Verbe de Dieu, ou nouvelle manifestation divine, avec les qualités et perfections du Christ qui établira une nouvelle Eglise.

La venue de cette manifestation de Dieu représente le jour du Jugement. En effet, le « challenge » pour l’homme étant de reconnaître cette nouvelle venue. L’homme sera alors jugé sur sa capacité à reconnaître la réalité du Christ dans la nouvelle manifestation divine. Si je reprends la citation : « Le Jugement Dernier a lieu quand arrive la fin de l’Eglise ». De fait, la venue d’une nouvelle manifestation de Dieu marque la fin de l’Eglise, et le début d’une nouvelle Eglise. Et je rejoins Swedenborg lorsqu’il entend que par Eglise, il faut comprendre un cycle entier de civilisation. Toutefois, à mon sens, le terme Eglise n’est pas uniquement à prendre au sens symbolique. L’Eglise représente surtout le Message de Dieu à l’homme. Et ce message est fondateur de tout nouveau cycle de civilisation. Ce message transforme l’homme dans son intérieur, mais aussi l’ensemble de la civilisation dans tous ses aspects.

Au plaisir de vous lire.
nicolas
 
Messages: 21
Inscription: 01 Fév 2016 09:44

Re: Jugement et fermentations spirituelles

Messagepar Patrick » 26 Mar 2016 16:57

Bien chers amis.

Nous voici à présent avec cinq “Jugements Derniers”, plus un sixième dont Swedenborg nous dit avoir été témoin, et qui aurait eu lieu dans le monde spirituel en 1757. Tout cela pourrait paraître de prime abord invraisemblable, mais il est vrai que lorsque l’on se penche attentivement sur les textes et que l’on entre dans la logique de sa vision, cela devient plus compréhensible et prend même une certaine réalité. Il reste deux sujets complémentaires indispensables à une bonne appréhension de cette vaste question du Jugement. Il s’agit de la question du sens spirituel de la Parole, et celui de savoir ce que Swedenborg entend exactement par la Nouvelle Jérusalem. Nous développerons ces deux points plus tard afin de rester pour l’instant centré sur le sujet qui nous occupe.

À travers les deux courriers précédents nous avons succintement développé les enseignements de Swedenborg au sujet de la question du Jugement Dernier en général (au niveau collectif), il nous reste à aborder le sujet en particulier (au niveau individuel). En effet si au niveau collectif il y a des cycles successifs de civilisations, rythmés par des phases de “jugement”, de transformation et de renouvellement, il en est de même à l’échelle de chaque individu.

En effet, dans une vie humaine nous passons par de nombreux “jugements”, qui sont autant de morts et renaissances. C’est encore plus vrai lorsque nous mourons pour faire nos premiers pas dans l’au-delà.

Il y a deux sujets qui concernent plus spécialement cette notion de jugement dans le cycle de la vie humaine, c’est celui “des fermentations spirituelles” liées au processus de “régénération” dans l’homme, et celui du “dépouillement des externes” dans la vie après la mort.

Bien que Swedenborg ne fasse pas explicitement de lien direct entre le jugement et les fermentations spirituelles dans la régénération il n’en reste pas moins évident comme nous allons le voir.

Sous le terme de “fermentation” on ne trouve, dans l’index de Poots, que deux petites pages de références qui se résument pour l’essentiel à deux longs passages dans toute son oeuvre. Comme à l’accoutumé ce qu’il y dit est suffisamment curieux et surprenant pour valoir d’être cité. De plus, comme nous allons le voir, le sujet renvoie aussi de façon inattendue aussi à la première question de Bertrand sur ce forum, celle de la sainte cène et de la symbolique du pain et du vin.

Il ouvre le chapitre dans ses “Arcanes” (son premier ouvrage théologique en 8 volumes, 16 dans la traduction française) avec le sens spirituel du levain et de la fermentation.

« Que le levain soit le faux on peut le voir par ces passages où le levain et le fermenté, et où l’azyme (pain sans levain) et le non-fermenté, sont nommés, par exemple, dans : “Jésus leur dit : Voyez et gardez-vous du levain des pharisiens et des Sadducéens.” (Mt 16 : 6, 12). Les disciples comprirent ensuite qu’il leur avait dit de se garder non du levain du pain, mais de la doctrine des Pharisiens et des Sadducéens, là le levain est évidemment la fausse doctrine.

Quant à ce qui concerne ultérieurement le fermenté et le non fermenté, il faut savoir que la purification du vrai d’avec le faux chez l’homme ne peut jamais exister sans une fermentation ainsi dite, c’est-à-dire sans un combat du vrai contre le faux et du faux contre le vrai.

Mais après que le combat a été livré et que le vrai a vaincu, le faux tombe comme la lie et le vrai est purifié, de même que le vin est clarifié après la fermentation. Cette fermentation, ou ce combat, a lieu surtout quant l’état est changé chez l’homme. Il y a des fermentations dans l’état qui précède le nouvel état de vie.

Les combats spirituels ou tentations sont des fermentations dans le sens spirituel, c’est dans ce sens que doit être entendu cette parole dans Matthieu : Le royaume des Cieux est semblable à du levain qu’une femme, après l’avoir pris, a refermé dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que le tout soit fermenté. (Mt 13 : 33). » (AC 7906)

On trouve encore, à la fin de son grand ouvrage, un petit passage qui concerne indirectement notre sujet :

« Que le pain d’azymes signifie le purifié, c’est parceque le levain signifie le faux d’après le mal, de là l’azyme ou le non-fermenté signifie le pur ou ce qui est sans ce faux. Si le levain signifie le faux d’après le mal, c’est parce que ce faux souille le bien et aussi le vrai, et parce qu’il excite le combat, car lorsque ce faux s’approche du bien il y a fermentation, et lorsqu’il s’approche du vrai il y a collision. » (AC 9992)

Ces citations sont à plusieurs titres intéressantes. D’abord, elles mettent en lumière, à travers deux exemples empruntés à l’évangile de Matthieu, ce que Swedenborg entend par le sens spirituel de la Parole. Dans le premier le levain signifie les fausses doctrines, dans le second c’est la fermentation qu’il met en oeuvre qui représente “le royaume des Cieux” dans l’homme, la salvation ou la régénération.

Dans le langage des paraboles les images empruntées au monde extérieur font référence à un autre plan de réalité, celui de notre réalité intérieure, spirituelle. Dans ce sens, le processus de fermentation, de clarification et de purification du vin, ainsi que celui de la fermentation du pain, devient une parabole de ce qui se produit dans l’homme à partir du moment où il y s’engage sur la voie intérieure.

Il faut reconnaître que c’est très parlant et que nous avons, en nous et autour de nous, de nombreux exemples de cette complexe alchimie psychique et spirituelle qui marque toutes les crises existentielles que nous traversons au cours de nos vies. A commencer par toutes les transitions qui nous font passer de l’enfance à la jeunesse, de l’âge adulte et à la vieillesse. Transitions marquées par la crise de l’adolescence, celle du milieu de vie, et enfin celle du passage à la retraite, et tout cela entre le naître et le mourir.

Pour autant, ces fermentations spirituelles ne prennent leur plein sens que dans le contexte du processus de régénération. Processus qui voit l’éveil de l’homme intérieur en nous et la transformation progressive de l’homme externe ou naturel en homme spirituel. L’éveil d’une conscience plus intérieure et l’accès à des valeurs plus essentielles, pour traduire dans un langage plus actuel.

Swedenborg ne reviendra que huit ans plus tard sur ce sujet, dans son ouvrage “Divine Providence” :

« La Divine Providence fait que le mal et le faux servent pour l’équilibre, pour la relation et pour la purification, et ainsi la conjonction du bien et du vrai dans l’homme. (DP 21)

De l’enfer est continuellement exhalé le mal et en même temps le faux, et du Ciel est continuellement exhalé le bien et en même temps le vrai. Tout homme qui vit dans le monde, est tenu dans cet équilibre entre Ciel et enfer, et par là dans la liberté de penser, de vouloir, de parler, et de faire, liberté par laquelle seule, il peut être réformé. » (DP 23)

C’est le problème avec Swedenborg, on n’échappe rarement à cette dichotomie du bien et du mal dans l’homme, comme s’il n’y avait que cela. Cela peut sembler au bout du compte réducteur et en devenir frustrant. Mais attention, il faut toujours se méfier des jugements trop hâtifs et lire attentivement ce qu’il nous dit :

« Le bien n’est connu tel qu’il est que par relation avec un bien qui est moindre, et par opposition avec le mal, et tout vrai est perçu et senti d’après un vrai qui est moindre, et au moyen du faux. Ainsi tout plaisir est senti d’après un plaisir moindre, et au moyen du déplaisir, toute beauté, d’après une beauté moindre, et au moyen de la laideur.

Il faut qu’il y ait variété dans toute chose depuis son maximum jusqu’à son minimum, et aussi variété dans son opposé depuis son minimum jusqu’à son maximum pour que l’équilibre intervienne. Alors selon les degrés de part et d’autre il se fait un relatif, et le perceptif et le sensitif de la chose ou augmentent ou diminuent. Toutes perceptions et toutes sensations viennent de là, parce que leur qualité vient de là. » (DP 24)

Les fermentations spirituelles ne sont donc pas toujours qu’un combat entre le vrai et le faux, le bien et le mal, mais souvent aussi un “relatif” entre des biens et des vrais divers. Il s’agit alors de pouvoir s’orienter vers des valeurs plus importantes, plus prioritaires par rapport à d’autres, qui plus anciennes les précédaient. De pouvoir se dégager et se détacher de ce qui est devenu moins vital, plus secondaire ou inutile, et qui font parfois obstacle à la voie.

Ces fermentations spirituelles sont donc infiniment variées et se développent à des degrés très divers selon qu’il s’agisse de biens et de vrais “moindres” ou “par opposition”. C’est une nuance importante qu’il faut ici souligner, on n’a pas toujours à faire au diable, il ne s’agit bien souvent que de ce qui doit passer ou mourir en nous, afin de nous permettre d’aller encore plus loin, plus haut. C’est cette part du vieil homme qui doit sans cesse mourir en nous, pour laisser croître la part du nouvel homme.

« Il est pourvu par le Divin à la conjonction du bien et du vrai par la purification qui se fait de deux manières, d’une part par les tentations, et de l’autre par les fermentations. Les tentations spirituelles ne sont autre chose que des combats contre les maux et les faux. Les fermentations spirituelles se font de plusieurs manières, tant dans les Cieux que sur la Terre. Mais dans le monde on ignore ce qu’elles sont, et comment elles se font. En effet, ce sont les maux et les faux qui font la même chose que les ferments mélangés avec les farines et dans les moûts, et par lesquels les hétérogènes sont séparés et les homogènes sont conjoints, c’est alors qu’il y a pureté et clarté. Par elles l’homme est purifié des maux et des faux, et chez lui le bien est conjoint au vrai. » (DP 25)

Swedenborg fait une nette différence entre les “tentations” auxquelles il associe les combats spirituels, et les “fermentations”. Le sujet des combats a été développé dans les pages : “la vie un chemin initiatique” du site Swedenborg. Il revient bien plus loin dans son ouvrage une dernière fois sur cette différence :

« L’entendement de l’homme est un récipient tant du bien que du mal, et tant du vrai que du faux. Lorsque l’homme est réformé (la “réformation” est un terme qu’utilise Swedenborg pour décrire la première étape du processus de régénération), le bien et le mal sont mis ensemble, et alors il y a conflit et combat. Si le combat est violent, il est appelé tentation, mais s’il n’est pas violent, c’est comme lorsque le vin ou la bière fermente. Si alors le bien est vainqueur, le mal avec son faux est repoussé sur les côtés de même que la lie tombe au fond du tonneau, et le bien devient comme un vin généreux ou une bière claire, après fermentation. » (DP 284)

C’est très précisement dans la phase de séparation des éléments hérérogènes, de décantation et de clarification que la notion de jugement s’illustre au mieux.

Ce processus de fermentation qui permet de transformer du jus de raisin en vin, un spiritueux ! devient parabole de ce complexe processus de fermentation intérieure qui opère lui aussi une forme de sublimation. Il spiritualise l’homme, son esprit, sa conscience et sa vie.

Tentations et combats, fermentations et décantation, clarification, purification et enfin conjonction, autant de termes qui décrivent les différents stades de ce complexe processus de régénération.

Au chapitre suivant il résume les quelques fondamentaux qui permettent de replacer la question des fermentations spirituelles dans leur plus vaste contexte, celui de la régénération :

« Chez chaque homme il y a deux facultés, l’une est l’entendement, l’autre la volonté. Ce qui fait l’entendement c’est de pouvoir comprendre et penser, et qui est appellé la rationalité (ou la raison). Ce qui fait la volonté, c’est de vouloir et de pouvoir librement penser, parler, et agir, selon sa raison. Ces deux facultés sont perpétuelles et continuelles dans toutes et dans chacune des choses que l’homme pense et fait, même les plus infimes. C’est par ces deux facultés que l’homme est homme, qu’il peut penser et parler, percevoir les biens et comprendre les vrais, non seulement civils et moraux, mais aussi spirituels, et être ainsi réformé et régénéré, en un mot, conjoint au Divin et vivre pour l’éternité. » (DP 285)

Avouons que ces enseignements ont quelque chose de rare et qu’ils ne manquent pas d’intérêt. J’espère, Bertrand, qu’ils vous aideront à mieux comprendre ce que vous êtes appelé à traverser, du fait de ce passage très initiatique de la soixantaine et de cette transformation intérieure que vous êtes appelé à vivre. C’est un passage au cours duquel nous avons souvent de nombreux “deuils” à faire, et où il nous faut trouver de nouvelles raisons d’être et une nouvelle ligne de vie. C’est en même temps le début d’une nouvelle jeunesse, plus de l’esprit que du corps évidemment.

Concernant les petits temps d’étude, lire la Bible certainement, plus particulièrement les évangiles si vous avez un lien avec le Christ. Il peut être utile de prendre quelques notes de lecture afin de retenir l’essentiel. De noter aussi les plus beaux passages, ceux qui retiennent notre attention, et d’en apprendre un par coeur de temps à autre pour le réciter et le méditer en profondeur, est un puissant outil de réflexion et de développement intérieur. Se discipliner pour noter, ce qui nous vient au cours de cette pratique est aussi important, afin de formaliser et de mémoriser les choses.

« Toi, mon fils, applique-toi principalement à la lecture des divines Ècritures. Applique-toi bien à cela. En t'appliquant à les lire, frappe, dans ta lecture, à la porte de ce qui est fermé, et il t'ouvrira, le portier. En t'appliquant à cette divine lecture, cherche le sens des divins écrits, caché au grand nombre. Mais ne te contente pas de frapper et de chercher, car il est nécessaire de prier pour comprendre les choses divines. C'est pour cela qu'il est dit : « Frappez et l'on vous ouvrira, Cherchez et vous trouverez », mais aussi « Demandez et l’on vous donnera », « A celui-là le portier ouvre ».
Origène, IIIème siècle

Lorsque Origène dit : “ne te contente pas de cette lecture divine, car il est aussi nécessaire de prier pour comprendre les choses divines”. Il nous rappelle que la deuxième pratique indispensable à la vie spirituelle, est celle de la prière-méditation, seule capable d’ouvrir vraiment la porte !
Je pense à ce que le Christ nous enseigne à ce sujet :

« Gardez-vous de pratiquer votre religion devant les hommes pour attirer leurs regards. Quand donc vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites qui aiment faire leurs prières debout dans les synagogues et les carrefours, afin d’être vus des hommes. En vérité, je vous le déclare : ils ont reçu leur récompense.

Pour toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre haute, verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est là dans le secret. Et ton Père qui est là dans le secret, te le rendra.

Quand vous priez ne rabâchez pas comme les païens ; ils s’imaginent que c’est à force de paroles qu’ils se feront exaucer. Ne leur ressemblez donc pas, car votre Père sait ce dont vous avez besoin, avant que vous ne le demandiez. » (Mt 6 : 1, 5-8)

Autre traduction pour “chambre haute”, le mot désigne un lieu secret, la chambre la plus retirée, ou le grenier à provisions.

Il ne s’agit, dans l’exercice de cette prière-méditation, ni d’un faire valoir extérieur ou personnel, ni de rabâchages mentals incessants, ni même de demande de quoique ce soit, puisque “le père sait déjà ce dont nous avons besoin”. Il s’agit plutôt de pouvoir se retirer au plus profond de soi, “la chambre haute”, de taire le monde autour de nous et en nous, “verrouille ta porte”, pour se tourner vers la présence Divine, “qui est là dans le secret”, afin de se mettre à son écoute, à son diapason.

Ce n’est rien d’autre que méditer. J’ai eu la chance de rencontrer dans ma jeunesse la tradition zen à travers Karlfried graf Durkheim, et j’ai été très surpris de réaliser plus tard que le Christ faisait pratiquer une forme de méditation à ses disciples, et qu’il y avait de nombreux enseignements cachés à ce sujet dans les Evangiles. J’ai aussi constaté de nombreux points communs entre ces deux formes de méditations. Dans le Zen il s’agit pour méditer de se détacher de toutes pensées de toutes émotions et de toutes sensations, de faire le vide de tout et même le vide de soi. Atteindre la non-pensée, au contraire du célèbre “ Je pense donc je suis ” de Descartes, il s’agit d’un “ je ne pense plus donc je suis ”. Tout cela pour se mettre à l’écoute, une écoute parfaitement silencieuse, ce qui représente évidemment un certain apprentissage il va de soi, surtout pour nous occidentaux obsédés par le mental.

Le Christ n’enseigne rien d’autre, mais à la différence de la tradition zen, il oriente cette méditation, l’exercice du vide et de l’écoute, vers la Présence de l’imanente transcendance Divine en nous, celle du “Dieu qui est au-dedans de nous”, dans le secret. Le secret dans le sens spirituel c’est le “degré intime” selon Swedenborg, le chakras du coeur selon la tradition orientale.

« Il m'est permis de rapporter un arcane qui jusqu'ici n'est venu à l'esprit de personne, parce que l'on n'a pas compris ce que sont les degrés. A savoir que chez chaque ange, comme chez chaque homme, il y a un degré intime ou suprême, dans lequel le Divin influe d'abord et au plus près, et d'après lequel il dispose ensuite toutes les autres facultés intérieures.

Cet intime ou suprême est comme une porte par laquelle le Divin entre dans l'ange et dans l'homme et où il demeure en eux. C'est par cet intime ou suprême que l'homme est véritablement homme, et qu'il peut, quant à tous les intérieurs qui appartiennent à son mental, être élevé par le Seigneur jusqu'au Seigneur même, l'aimer, croire en Lui et ainsi le voir en lui-même, et qu'il peut recevoir intelligence et sagesse. De là vient aussi que l'homme vit éternellement. » (CE 39 ; JD 25)

Je développerai plus en détail cette pratique de la “prière-méditation” la prochaine fois. Dans la suite logique de la question du Jugement Dernier, nous aborderons aussi la question cruciale du “sens spirituel de la Parole” selon Swedenborg, ce qui devrait amener des éléments de réponses par rapport à votre dernier message, Nicolas, sur le sens à donner au retour du Christ dans l’Apocalypse.

En attendant n’hésitez pas à commenter, interroger, chercher, frapper à la porte ! Beaucoup d’illuminations sont données à celui qui cultive ainsi son jardin intérieur.

Patrick

LA SUITE DE CE FORUM À LA PAGE SUIVANTE, CLIC SUR PAGE 2 JUSTE EN DESSOUS À DROITE.
Patrick
Administrateur du site
 
Messages: 61
Inscription: 11 Oct 2015 17:16

Suivante

Retourner vers Discussion générale sur Swedenborg et ses enseignements.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron